Des plantes pour préserver l’environnement : un concept étonnant !

Semer pour protéger
Les agriculteurs sèment une grande diversité de plantes pour tendre vers une agriculture durable et raisonnée. En plus des graminées et des légumineuses, les crucifères et bien d’autres plantes encore sont aujourd’hui utilisées pour remplir une mission de taille : la préservation de l’environnement et de la biodiversité.

Purifier les nappes avec des pompes à nitrates
Pour éviter le lessivage des nitrates dans le sol pendant l’hiver, les agriculteurs sèment des plantes à croissance très rapide et pourvues d’un système racinaire puissant. Le ray-grass italien, la moutarde blanche ou encore la phacélie vont capter l’azote présent dans le sol pour éviter qu’il ne soit entraîné vers les eaux souterraines par les pluies d’automne. Au printemps, ces plantes vont être soit exploitées comme fourrage soit retournées pour constituer un engrais vert bénéfique à la culture suivante.

Les légumineuses sont les reines des abeilles
De par la diversité des espèces, les légumineuses sont largement présentes à l’échelle nationale et favorisent ainsi la préservation des abeilles. Luzerne, trèfles, vesce, sainfoin sont autant de plantes qui accueillent les butineuses à  différentes périodes de l’année. De plus en plus de structures travaillent en collaboration avec les agriculteurs pour raisonner ces surfaces à l’échelle d’un territoire.

Les plantes qui se prennent pour des éponges
Le long des ruisseaux et des cours d’eau, les bandes enherbées ont un véritable rôle d’éponge pour limiter les effets de l’érosion et la pollution des eaux. La présence de ces plantes pérennes comme la fétuque élevée, le trèfle hybride ou la fétuque rouge forme une barrière physique qui freine l’écoulement de l’eau de pluie tout en assurant un refuge pour le gibier et la faune auxiliaire. Les racines des plantes agissent ensuite comme des filtres pour stocker et dégrader les résidus potentiels d’engrais ou de pesticides.

Le gîte et le couvert pour petits et grands gibiers
Se cacher, se nourrir, se reproduire et se détendre : ce sont les quatre nécessités du gibier. L’implantation de couverts spécifiques permet de répondre à ces différents objectifs. Le colza fourrager ou la luzerne, en forme de pyramide inversée, vont permettre au gibier de circuler dans la parcelle tout en étant à l’abri des prédateurs. à l’inverse, le ray-grass anglais ou le dactyle fournissent un couvert de faible hauteur plus propice à la détente.
La phacélie avec sa végétation étouffante va assurer une excellente protection à la future progéniture. Enfin, la
navette fourragère, le ray-grass italien ou la vesce produiront une nourriture très appréciée par les différents animaux.