Production agricole : le non-alimentaire ne compte pas pour des prunes

bioplastiques

Les agromatériaux constitués à partir de productions agricoles se développent et tendent à remplacer l’utilisation de matériaux issus de ressources fossiles. La recherche est importante en la matière et les applications sont nombreuses.

L’utilisation des agromatériaux la plus avancée est certainement la plasturgie. On trouve en effet de plus en plus d’emballages en bioplastiques, fabriqués à partir d’amidon de pomme de terre, de maïs ou de blé. Les bioplastiques, issus de matières premières renouvelables, montrent l’avantage d’être entièrement biodégradables.
Dans le bâtiment, l’éco-habitat qui se développe aujourd’hui fait la part belle aux matériaux naturels, souvent d’origine agricole pour l’isolation des maisons (comme la paille de céréales, la laine de chanvre, de lin ou de mouton) ou pour la construction (béton contenant des fibres végétales). Ils constituent des matériaux intéressants dans la construction de bâtiments HQE et innovant en matière de gestion de la température et de l’hygrométrie des bâtiments.

Les industries automobile et aéronautique ou les entreprises de fabrication de matériel sportif réalisent depuis quelques années des recherches très poussées sur l’utilisation de matériaux composites incluant des fibres d’origine végétale. Ainsi, dans les voitures, le chanvre remplace la fibre de verre des carrosseries, des panneaux de portières, des doublures de coffres, des tableaux de bord, etc.

Les agromatériaux naturels d’origine agricole sont très nombreux et divers. Ainsi, par exemple, les pompiers en forêt utilisent un gel anti-feu composé principalement de fécule de pomme de terre. Il est complètement biodégradable et évite l’emploi de mousses chimiques.