Guillaume Lefort est élu Président d’Agridemain

Publié le 2 Oct 18

Pour amplifier sa communication sur l’agriculture auprès du grand public, la plateforme #agridemain s’est constituée en Association d’intérêt général le 26 septembre 2018 et a élu son président : Guillaume Lefort, agriculteur en Seine-et-Marne.

La plateforme #agridemain a été créée en février 2016 avec un objectif principal de communiquer auprès du grand public autour de 4 axes :
– Démystifier les clichés sur les activités agricoles
– Promouvoir une agriculture nourricière, innovante et moderne
– Réaffirmer les atouts stratégiques du secteur agricole français
– Rassembler tous ceux qui partagent une vision commune de l’agriculture vertueuse, performante et au cœur de l’Europe.

Agridemain réunit aujourd’hui une communauté de 271 ambassadeurs agricultrices et agriculteurs dans toute la France. Agridemain a déjà mené plusieurs actions notables : un colloque au Conseil économique, social et environnemental (CESE), deux participations remarquées au Salon international de l’agriculture à Paris, l’organisation de 3 éditions de la Fête des moissons et la mise en place d’une tournée régionale des agricultures françaises, l’AgridemainTour.

Afin d’amplifier ce mouvement, les grandes organisations agricoles à l’initiative d’Agridemain ont estimé nécessaire qu’Agridemain se dote d’un statut juridique. Ainsi, le 26 septembre 2018 s’est tenue l’Assemblée générale constitutive de l’Association d’intérêt général Agridemain.

A l’issue de cette Assemblée générale, un bureau a été élu et est constitué de :
– Président : Guillaume Lefort, agriculteur à Arville (77)
– 1er Vice-Président : Mickaël Jacquemin, agriculteur à Lignon (51)
– 2e Vice-Président : Stéphane Aurousseau, agriculteur à Charrin (58)
– Secrétaire : Basile Faucheux, agriculteur à Epieds-en-Beauce (45)
– Trésorier : Emmanuel Leveugle, agriculteur à Flesquières (59)

Se diversifier pour durer

Publié le 7 Sep 18

La famille Aurousseau est présente depuis 70 ans sur son exploitation agricole à Charrin, dans la Nièvre. La quatrième génération s’installe actuellement, diversifiant production et activités.

Des produits agricoles de qualité : une base indispensable pour une bonne cuisine

Publié le 6 Sep 18

Durant la tournée des régions agricoles françaises dans le cadre de l’AgridemainTour, des Chefs sont venus mettre en valeur les produits régionaux. A l’instar du Chef Monchheang Chea qui a déclaré : «nous avons besoin des agriculteurs», «dans le monde entier, la cuisine française et les produits français sont perçus comme le summum de la qualité, la Rolls de la cuisine ».

Retrouvez ci-après quelques uns de leurs témoignages :

Venez à la rencontre de l’AgridemainTour !

Publié le 10 Août 18

 

L’AgridemainTour : un tour de France des agricultures françaises.

En organisant l’AgridemainTour, dans chacune des régions françaises, en nous déplaçant avec un food truck d’exploitation en exploitation, du 27 août au 7 septembre, notre objectif est triple :

  • Retisser du lien tout d’abord entre les régions, les populations qui se croisent mais qui ne prennent plus le temps de se connaître, de se parler.
  • Montrer ensuite les multiples facettes d’un secteur professionnel qui évolue très vite, tiraillé entre sa confrontation aux marchés mondiaux et son attachement à défendre la spécificité de ses territoires.
  • Donner la parole aux agriculteurs pour qu’ils expliquent la réalité de leurs pratiques, montrent les spécificités des différentes productions et démontrent leurs contributions essentielles aux territoires qu’ils entretiennent.

Emploi, innovation, environnement et production sont les 4 facteurs clés qui seront mis en avant pendant ce tour de France des agricultures françaises.

Les 12 lieux où se tiendront ces Fêtes des moissons et des récoltes, sont de ce point de vue, emblématiques de la diversité des agricultures :

  • Grandes cultures en Île-de-France, le Grand-Est et le Centre-Val-de-Loire;
  • Exploitations laitières dans les Hauts-de-France, en Normandie et dans les Pays-de-la-Loire;
  • Lien avec la coopération agricole en Nouvelle-Aquitaine;
  • Production de vin en viticulture raisonnée, bio et biodynamique en Provence-Alpes-Côte d’Azur;
  • Découverte de l’ail aux multiples facettes en Auvergne-Rhône-Alpes;
  • Production de porcs en plein air en Bourgogne-Franche-Comté.

 

Carte AgridemainTour2018.indd

Agridemain vous donne ainsi rendez-vous :

  • Mercredi 25/07/2018, à 11h, sur l’exploitation de Christophe Robin à Sonchamp (78)

  • Lundi 27/08/2018, à 17h, sur l’exploitation de Béatrice Moreau à Marson (51)

  • Mardi 28/08/2018, à 17h30, sur l’exploitation de Luc Vermersch, à Ville-le-Marclet (80)
  • Mercredi 29/08/2018, à 18h30, sur l’exploitation de Sylviane et Olivier Lefez à Grand-Camp (76)

  • Vendredi 31/08/2018, à 18h30, sur l’exploitation de Laurent et Frédéric Vincent, à Avrillé (49)

  • Samedi 1er septembre à 16h à la coopérative de Mansle (16)

  • Lundi 3 septembre 2018 à 17h chez Grégoire de la Roussière à la Serre des Mercières à Villasavary (11)

  • Mardi 4 septembre 2018 à 17h chez Guillaume de Chevron Villette et Benoît Ab Der Halden au domaine de Reillanne au Cannet des Maures (84)

  • Mercredi 5 septembre 2018 à 17h chez Fanny et Stéphane Boutarin, à la Montée de Peyrambert à Crest (26)
  • Jeudi 6 septembre 2018 à 16h chez Stéphane Aurousseau à Charrin (58)
  • Vendredi 7 septembre 2018, à 17h, chez Marie-Laure Cuisset, au Moulin de Palisay à Saint-Ange-et-Torçay (28)

 

La France compte plus de 50 000 apiculteurs

Publié le 9 Août 18

En 2017, il a été recensé 53 953 apiculteurs. A noter que 92 % d’entre eux sont des apiculteurs amateurs disposant de moins de 50 ruches.
Au printemps 2017, 939 385 ruches en production ont été comptabilisées, ayant permis la récolte de 19 788 tonnes de miel. La production de miel est principalement le fait d’apiculteurs possédant plus de 50 ruches (78,3 % du volume en 2017). La production de miel est concentrée dans la moitié Sud du pays. En 2017, la principale région productrice de miel est l’Occitanie.

illustration-article-api

Pour aller plus loin : Observatoire FranceAgriMer

La France rurale : ses paysages, ses agriculteurs et la qualité de ses produits

Publié le 2 Août 18

Pierre Bonte, ancien journaliste à Europe 1, Michel Widehem, meilleur ouvrier de France, Grégoire de la Roussière, agriculteur ambassadeur #agridemain et André Fougeroux, membre de l’Académie d’Agriculture de France partagent le même avis : “Beauté des paysages et qualité des produits sont intimement liés. La France rurale, basée sur sa paysannerie, est pleine d’avenir car sensible aux goûts du terroir. C’est ce que la France a de meilleur”

L’agriculture française doit-elle tout miser sur les circuits courts ?

Publié le 1 Août 18

Retrouvez les témoignages sur le sujet de :

  • Patrick Guat, professeur de cuisine au Lycée St Joseph L’Amandier, vice-président des Disciples Escoffier, Chef membre d’Euro-Toques
  • Rémi Dumery, agriculteur, ambassadeur #agridemain dans le Loiret
  • Olivier Nouaillas, journaliste à La Vie, auteur de “La ferme aux 1000 terroirs”
  • Francis Attrazic, président de l’Association française des maîtres restaurateurs et Jérémie Becciu, directeur du marché d’intérêt national de Châteaurenard

La France, premier producteur mondial de lin textile

Publié le 4 Juil 18

Champ de lin dans l'Oise

En France, la surface en lin textile représente 98 000 hectares (dont 19 000 hectares en semences pour les 26 variétés cultivées). La production s’élève à 595 500 tonnes, faisant de la France le premier producteur mondial de lin textile.

Très sensible aux fortes chaleurs et manques d’eau, les cultures se retrouvent principalement en Normandie et dans les Hauts-de-France. C’est en Haute-Normandie que se concentrent 50% des surfaces de lin français.

Source : ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, Gnis

#agridemaindébat

Publié le 16 Fév 18

agridemaindebat

Tout au long du Salon de l’Agriculture, TVdesChefs a animé des débats sur le stand #agridemain avec des invités et des ambassadeurs agridemain, retransmis en direct en Facebooklive.

 

Il est possible de revoir ces émissions sur la chaîne YouTube Agridemain.

 

 

Au programme de ces émissions #agridemaindébat :


SAMEDI 24 FEVRIER

Emission 10h30
Agriculture urbaine: un nouvel Eldorado ou un gadget pour les agriculteurs ?
avec Jean-Sébastien Loyer, directeur général du Groupe Scael (@GroupeSCAEL) et Chantal Legay, agricultrice ambassadeur Agridemain
en présence des Chefs Sabine & Laurent Brochard (@sabinevin) et de l’œnologue Joëlle Weiss (@TerredeVins)

Emission 15h
Le goût n’est-il qu’une affaire d’éducation ?
avec Sylvie Delaroche-Houot, présidente de l’Anegj , Association nationale pour l’éducation au goût des jeunes (@ContactAnegj) et Stéphane Aurousseau, agriculteur ambassadeur Agridemain (@StphAurousseau)
en présence du Chef Florent Carle

Emission 17h
Innovation en agriculture: pourquoi les banques s’y intéressent ?
avec Sébastien Prin, directeur général FCMAR, Fédération du Crédit mutuel agricole et rural (@sebastien_prin) et Hervé Pommereau, agriculteur ambassadeur Agridemain (@HervePommereau)


DIMANCHE 25 FEVRIER

Emission 10h30
Agriculture & Environnement, une stratégie payante pour les agriculteurs français ?
avec Patrick d’Humières, consultant développement durable (@pdhumieres) et Etienne Benoît, agriculteur ambasadeur Agridemain
en présence de Michèle François, responsable de légumes-project (@MichleFranois)

Emission 15h
L’environnement est-il le moteur du développement de l’agriculture ?
avec Thomas Turini, directeur associé de Campagnes et environnement (@CampagnesEnviro) et Christophe Grison, agriculteur ambassadeur Agridemain (@agritof60)

Emission 17h
L’innovation en agriculture viendra-t-elle des agriculteurs ou des structures représentatives ?
avec Ronan Chastellier, sociologue (@rchastellier) et Christophe Grison, agriculteur ambassadeur Agridemain (@agritof60)


LUNDI 26 FEVRIER

Emission 10h30
En quoi le travail du producteur est-il déterminant sur la qualité du produit ?
avec Maxime Lafranceschina, meilleur ouvrier de France Primeur (@SocieteMOF) et Marie-Paule Chauvet, agricultrice ambassadeur Agridemain
en présence du chef Jacques Bertrand et de Jean-Pierre Pasquet, vice-président de Bleu Blanc Coeur (@BleuBlancCoeur)

Emission 15h
L’utilisation des produits de biocontrôle est-elle suffisante pour répondre à la demande de la société de diminuer le recours aux produits chimiques ?
avec André Fougeroux, membre de l’Académie d’agriculture de France (@AcademieAgri) et Grégoire de la Roussière, agriculteur ambassadeur Agridemain (@gregroussiere)
en présence de Marie Sauce (Les Toques françaises – @toquesfrancaisesofficielle) et de Pierre Bonte (journaliste)

Emission 17h
L’agriculture a-t-elle la communication qu’elle mérite ?
avec Florian Breton, fondateur de Miimosa (@florianbreton) et Gilles Van Kempen, agriculteur ambassadeur Agridemain (@gilles_vk)
en présence du réalisateur Cyril Blanc


MARDI 27 FEVRIER

Emission 10h30
L’agriculture, comme les métiers de la table, ça s’apprend
avec Ismael Menault, directeur général de l’EPMTTH, Ecole de Paris des métiers de table, du tourisme et de l’hôtellerie (@EPMT_) et Anne Tissot, agricultrice ambassadeur Agridemain (@annetissot3)
en présence de Rémy Boucher, du Lycée hôtelier du Touquet

Emission 15h
Agribashing : les raisons de la colère
avec Eddy Fougier, sociologue à l’Iris, Institut de relations internationales et stratégiques et Thierry Bailliet, agriculteur ambassadeur Agridemain
en présence de Vincent Ferniot, Chef Boco et de Amaury Bessard, agence Shan (@amo_thinktwice)

Emission 17h
Une histoire de produit, ail ail ail…
avec le Chef Gérard Baud (@gerardbaud) et Stéphane & Fanny Boutarin, agriculteurs ambassadeurs Agridemain (@BoutarinStphan2)
en présence de Jérémie Becciu, directeur Châteaurenard (@JeremieBecciu)


MERCREDI 28 FEVRIER

Emission 10h30
La cuisine traditionnelle est-elle dépassée ?
avec Hervé This, inventeur de la cuisine note à note, membre de l’Académie d’agriculture de France (@Herve_This) et Denis Fumery, agriculteur ambassadeur Agridemain (@FUMERYD)
en présence de Francis Attrazic, Maître restaurateur (@AttrazicFrancis)

Emission 15h
L’agriculture française doit-elle tout miser sur les circuits courts ?
avec Olivier Nouaillas, Journaliste à La Vie et auteur de “La ferme aux 1000 terroirs” (@editionsduchene) et Rémi Dumery, agriculteur ambassadeur Agridemain (@RemDumDum)
en présence de Patrick Guat, chef Escoffier (@escoffierschool)

Emission 17h
La formation agricole supérieure prépare-t-elle les jeunes à la diversité des métiers agricoles d’aujourd’hui ?
avec Philippe Choquet, directeur UniLaSalle (@UniLaSalle_fr) et Mickaël Jacquemain, agriculteur ambassadeur Agridemain (@mickajacquemin)
en présence de Jackie Masse, chef Escoffier (@escoffierschool)


JEUDI 1er MARS

Emission 10h30
En quoi les parcs régionaux sont un atout pour le développement économique d’un territoire rural ?
avec Mickaël Weber, président de la Fédération des parcs naturels régionaux de France (@PNFbiodiversite) et Damien Heurtaut, agriculteur ambassadeur Agridemain (@damienheurtaut)

Emission 15h
Agritourisme et animations culinaires
avec Annie Mitault des Tables et Auberges (@amitault) et Cédric Boussin, agriculteur ambassadeur Agridemain (@ja45cb)
en présence de Bertrand Lazare, Beasyness (@bertrandlazare) et du chef Benoît Flahaut

Emission 17h
Le machinisme est-il suffisamment engagé dans la recherche de solutions environnementales ?
avec Michel Morel, membre de l’Académie d’agriculture de France (@AcademieAgri) et Sébastien Méry, agriculteur ambassadeur Agridemain (@Sebastien_Mery_)
en présence de Jean-Philippe Réal, de l’Académie nationale de cuisine


VENDREDI 2 MARS

Emission 10h30
La qualité et le goût ont-ils leur place dans la restauration collective ?
avec Geoffroy Boulard, maire du 17e arrondissement de Paris (@geoffroyboulard) et Thierry Benoît, agriculteur ambassadeur Agridemain
en présence de Eric Lepêcheur, directeur restauration CESFO, Comité d’entraide sociale, de la Faculté d’Orsay (@u_psud)

Emission 15h
A la place des femmes ?
avec Vérane Frediani, réalisatrice de “Les femmes chefs” (@killerlyonne) et Catherine Faivre Pierret, agricultrice ambassadeur Agridemain
en présence du Chef Anto (@LeChefAnto) et de Samia Orosemane, humoriste (@SamiaOrosemane)

Emission 17h
Terre & mer, une alliance contre-nature ?
avec François Pasteau, Chef et président Ethic océan (@ethic_ocean) et Guillaume Chamouleau, agriculteur ambassadeur Agridemain (@guill_cham)
en présence de Fabrice Prochasson, Chef et président de l’Académie culinaire de France (@academieculinairedefrance)


SAMEDI 3 MARS

Emission 10h30
Agroéquipements et agriculture : des filières qui embauchent 
avec René Fontaine, vice-président Aprodema (@Aprodemafr) et Marie-Laure Cuisset, agricultrice ambassadeur Agridemain (@Agridemain)

Emission 15h
Le bon goût
avec Frédéric Smith, GNI “work chope” et Sonia Anemiche, agricultrice ambassadeur Agridemain (@Agridemain)

Emission 17h
Apprenons à déguster l’agriculture
avec Benoît Désvaux, président fondateur de la Fondation du goût et Marie-Paule Legay, agricultrice ambassadeur Agridemain (@Agridemain)

DIMANCHE 4 MARS

Emission 10h30
Une qualité des produits grâce à la diversité des agricultures
avec Philippe Faure-Brac, président de l’Union des Sommeliers de France (@fbphilippe75) et Hervé Pommereau, agriculteur ambassadeur Agridemain (@HervePommereau)

 

#agridemain donne rendez-vous au Café des ambassadeurs, au Salon de l’agriculture à Paris

Publié le 1 Fév 18

La plateforme #agridemain sera présente, du 24 février au 4 mars 2018, au Salon international de l’agriculture, porte de Versailles à Paris, hall 4, allée B. Objectif : permettre aux agriculteurs d’échanger directement avec les visiteurs de façon conviviale au Café des ambassadeurs autour du thème « Tout ce que l’agriculture nous apporte ». Les consommateurs pourront ainsi questionner, sans filtre, les producteurs sur leur métier et leurs méthodes de travail.

sia2018Accoudé au comptoir du « Café des ambassadeurs », autour de boissons originales issues de productions agricoles réalisées sur place par Jacky Beaucamp de la Maison du pain et des saveurs, le visiteur pourra deviser librement avec les agriculteurs ambassadeurs agridemain. L’occasion pour les producteurs d’expliquer leurs pratiques et de partager leurs passions de métier d’agriculteur.

En parallèle, un studio vidéo sera installé sur le stand, aménagé dans un Food truck. Eric Fauguet, directeur de TVdeschefs.com, animera des rencontres entre des invités et des agriculteurs ambassadeurs agridemain, autour des thèmes de la production, l’environnement, l’emploi et l’innovation.

Les journées sur le stand seront ponctuées de jeux et de tirages au sort. L’occasion de mieux connaître les grandes régions et filières agricoles françaises (la banane de Guadeloupe & Martinique, les produits des Pays-de-la-Loire, les bières artisanales…) et gagner des lots, dont le Guide pratique du consommateur tiré à plus de 1 000 exemplaires. Enfin, en collaboration avec Campagnes et Environnement, tout en s’informant sur l’agriculture durable, il sera possible d’immortaliser sa venue au Salon de l’agriculture et son immersion au cœur du monde agricole.

édition spéciale #agridemain

Publié le 1 Fév 18

#agridemain et les éditions Iti médias publient un numéro spécial du Guide pratique du consommateur.

L’édition nationale du Guide pratique du consommateur est constituée de 3 chapitres :

1. Un abécédaire des produits et spécialités. Il est constitué de quatre rubriques essentielles pour savourer un produit : « Comprendre », « Consommer », « Déguster » et « Visite à Croquer ! ».

2. Un annuaire des circuits courts. Il liste les sites de production, de vente et de transformation du « bien consommer » présents sur chaque territoire. Cet annuaire est donc un outil indispensable au consommateur qui souhaite retrouver ou découvrir des produits de qualité près de chez lui. La géolocalisation disponible sur abcdterroir complète cette approche de proximité pour maximiser la rencontre entre les professionnels de l’agroalimentaire et les consommateurs.

3. Le « Croc’ quizz » pour découvrir les terroirs de France. Véhiculant des valeurs autour du partage et de la convivialité, voici plus de 1 000 quizz et jeux sur le patrimoine culinaire français. Retrouvez-vous en famille ou entre amis autour d’un plateau de jeu téléchargeable sur le site www.abcdterroir.fr

(Le Guide pratique du consommateur, édition spéciale #agridemain – 300 pages, février 2018, Editions Iti médias – Prix public : 9,90 € TTC)

Contact : Eric Fauguet – 06 50 31 43 14 – eric@lesitineraires.fr

La filière française des Grandes Cultures – Tout ce que l’agriculture vous apporte

La France des grandes cultures : c’est 22% du territoire, sur un total de 13 millions d’hectares (blé, maïs, orge, colza, tournesol, pois…). La production annuelle est de 77 millions de tonnes de grains. Les progrès en matière de pratiques environnementales et de performances sont permanents : 1 hectare nourrit 4 fois plus de personnes qu’il y a 60 ans. La France est le premier producteur européen en blé tendre, maïs, colza, protéagineux, et deuxième producteur européen de blé dur et de tournesol.

La filière des grandes cultures emploient 460 000 personnes qui cultivent, collectent et transforment les grains partout sur le territoire français.

La filière toute entière génère une valeur ajoutée de 21 milliards d’euros. La balance commerciale positive à l’export pour les céréales est de 7,5 milliards d’euros, faisant de la France le deuxième exportateur mondial de céréales (après les USA) et le premier exportateur mondial de semences de maïs.

Production agricole : le non-alimentaire ne compte pas pour des prunes

Publié le 22 Août 16

bioplastiques

Les agromatériaux constitués à partir de productions agricoles se développent et tendent à remplacer l’utilisation de matériaux issus de ressources fossiles. La recherche est importante en la matière et les applications sont nombreuses.

L’utilisation des agromatériaux la plus avancée est certainement la plasturgie. On trouve en effet de plus en plus d’emballages en bioplastiques, fabriqués à partir d’amidon de pomme de terre, de maïs ou de blé. Les bioplastiques, issus de matières premières renouvelables, montrent l’avantage d’être entièrement biodégradables.
Dans le bâtiment, l’éco-habitat qui se développe aujourd’hui fait la part belle aux matériaux naturels, souvent d’origine agricole pour l’isolation des maisons (comme la paille de céréales, la laine de chanvre, de lin ou de mouton) ou pour la construction (béton contenant des fibres végétales). Ils constituent des matériaux intéressants dans la construction de bâtiments HQE et innovant en matière de gestion de la température et de l’hygrométrie des bâtiments.

Les industries automobile et aéronautique ou les entreprises de fabrication de matériel sportif réalisent depuis quelques années des recherches très poussées sur l’utilisation de matériaux composites incluant des fibres d’origine végétale. Ainsi, dans les voitures, le chanvre remplace la fibre de verre des carrosseries, des panneaux de portières, des doublures de coffres, des tableaux de bord, etc.

Les agromatériaux naturels d’origine agricole sont très nombreux et divers. Ainsi, par exemple, les pompiers en forêt utilisent un gel anti-feu composé principalement de fécule de pomme de terre. Il est complètement biodégradable et évite l’emploi de mousses chimiques.

Mickaël Jacquemin, ambassadeur #agridemain dans la Marne

Publié le 29 Juil 16

Agriculteur à Lignon, dans la Marne, Mickaël Jacquemin s’est engagé dans #agridemain pour parler des métiers en agriculture. Dans les 10 ans à venir, en région Champagne-Ardenne, l’agriculture aura 8 000 emplois à pouvoir.

Ne rougissez pas de manger des fraises en ce moment, c’est la saison!

Publié le 10 Mai 16

Photo 06-08-2015 08 56 33

La fraise doit son nom à son parfum subtil (Fragaria vesca en latin), et nous a donné le mot « fragrance » pour désigner une odeur agréable et parfumée. Cueillie et consommée depuis l’antiquité, elle ne fera l’objet d’une véritable culture commerciale qu’à compter du XVe siècle. On dit que la fraise est un faux fruit et c’est vrai. En réalité les véritables fruits du fraisier sont les petites graines appelées akènes, réparties dans les alvéoles de la chair rouge que nous consommons. Cette dernière n’est que le réceptacle des fruits du fraisier.

Aujourd’hui, la France est un petit producteur de fraises européen avec environ 53 000 tonnes de fraises produites par an*. Cela ne représente que 5% de la production européenne, contre 25% pour l’Espagne. Mais avec les variétés Gariguette, Ciflorette, Cléry, Charlotte ou bien encore la célèbre Mara des bois, les consommateurs ont le choix. Il faut savoir que 50% de la production française se concentre en Aquitaine et en Rhône-Alpes, mais il s’en produit partout en France et la production sous abri est en constante augmentation.

Le fraisier appartient à la famille des rosacées comme la majorité des arbres fruitiers (cerisier, pommier, prunier, poirier, pécher). La culture de la fraise peut se faire selon deux grands modes de production :

• Le mode de culture sous abris (tunnels chapelles, serres…) : dans ce cas les fraisiers peuvent être en pleine terre ou en mode jardin suspendu (hors sol). Ce mode sous abris, en milieu confiné, permet de réaliser notamment des lâchers d’auxiliaires, prédateurs naturels des ravageurs. Les fraises se développent dans des godets surélevés, contenant des substrats nutritifs pour le développement des plantes. Enfin, ce mode de production améliore les conditions de récolte pour les cueilleurs qui n’ont plus à se baisser pour ramasser les fruits.

• Le mode de culture plein champ : dans ce cas les fraises sont soit sous couverture plastique (petit tunnel) ou sans couverture. Dans les 2 cas, la culture se fait sur paillage plastique noir ou blanc : il s’agit de limiter la prolifération des mauvaises herbes, d’améliorer la qualité du fruit lorsque celui-ci est en contact direct avec le sol et de permettre de mieux maîtriser la température du sol et donc le développement de la culture.

* source : ministère de l’Agriculture – Agreste – Moyenne 2010-2014

Les sols agricoles pour stocker le carbone

Publié le 10 Mai 16

Véritables « puits de carbone », les sols auraient la capacité de stocker 20 milliards de tonnes de carbone en 25 ans, soit plus de 10% de l’émission globale. Le stockage à long terme dans les sols agricoles est possible par l’adoption de pratiques qui permettent d’augmenter la quantité de carbone dans le sol : semis direct, utilisation de légumineuses et/ou de graminées dans la rotation des cultures, conversion de terres agricoles marginales en zones de graminées vivaces ou d’arbres, plantation d’arbustes et d’arbres, restauration des zones humides, etc.

Toutes ces pratiques sont aussi des contributions directes à la durabilité de l’environnement : l’augmentation de la matière organique dans le sol aide à améliorer les capacités agronomiques de celui-ci ; on obtient ainsi un sol de meilleure qualité et une meilleure production végétale. Ces pratiques accroissent la conservation de l’eau, réduisent l’érosion et améliorent l’habitat faunique et la protection des espèces, ce qui conduit à une biodiversité accrue.

L’agriculture, au-delà de la ferme

Publié le 3 Mai 16

SIA-agridemain-communicant
Le monde agricole ne s’arrête pas aux clôtures de l’exploitation agricole. Tout un univers professionnel entoure les agriculteurs dans leurs activités : conseillers techniques, financiers, de gestion….

Parmi les différents métiers du monde agricole, on retrouve celui des agri-communicants. Au sein d’organisations agricoles, publiques ou privées, ils ont en charge la communication des produits, des services, et/ou la communication globale de la structure agricole à laquelle ils sont rattachés.

La participation aux différents salons constitue sans nul doute la partie la plus visible de l’activité des agri-communicants. Le dernier Observatoire des métiers de la communication en agriculture montre une professionnalisation croissante du métier d’agri-communicant.

Biodiversité des variétés : conserver pour créer

Publié le 2 Mai 16

Biodiversité cultivée

Conserver les variétés anciennes
Pour préserver les qualités d’origine d’une variété, il est indispensable tout d’abord de la répertorier, puis de décrire se caractéristiques de façon précise.
Conserver une variété demande des techniques particulières pour éviter la dérive génétique et la perte des caractères d’intérêt.
En France, les ressources génétiques végétales sont conservées par les sélectionneurs et dans 27 réseaux auxquels participent semenciers, instituts publics et associations.
Ces réseaux, organisés par groupe d’espèces (maïs, céréales à paille, fourragères et gazons, melon…), ont constitué des collections publiques qui contiennent les variétés représentatives du patrimoine français.

Créer de nouvelles variétés
Pour répondre aux besoins, en constante évolution, des agriculteurs, des transformateurs et des consommateurs, plus de 600 nouvelles variétés sont mises sur le marché, chaque année. Plus de 10 ans sont nécessaires pour créer une nouvelle variété.
Plus de 6 500 variétés sont inscrites sur les listes du catalogue français des espèces et variétés potagères et de grandes cultures (36 000 variétés inscrites au catalogue européen).
Depuis 2012, a été créé la liste des variétés potagères “sans valeur intrinsèque” contenant 186 variétés de 29 espèces. Cette liste garantit l’accès pour tous à une biodiversité cultivée très variée.