Les jeunes et l’agriculture : un regard désenchanté ?

A l’occasion de son assemblée générale, #agridemain a débattu du regard des jeunes sur l’agriculture avec Frédéric Dabi, directeur général de l’Ifop et auteur de “La Fracture”, Florence Gramond, directrice département Agriculture du groupe BVA, Pauline Morin, membre du bureau d’#agridemain et Ferréol Delmas, directeur d’Écologie responsable.

Différence générationnelle sur la perception de l’agriculture

Florence Gramond relève dans le sondage réalisé par BVA, à la demande du Crédit Agricole et d’#agridemain, une différence générationnelle très nette sur les résultats parmi la population des moins de 35 ans et en particulier sur la tranche d’âges 18-24 ans. Si 71% en moyenne des Français ont une très bonne opinion de l’agriculture, ils ne sont que 62 % à partager cet avis chez les moins de 35 ans et même 56% pour les 18-24 ans. Les jeunes ont moins conscience des prix payés aux agriculteurs et de leur évolution. De fait, ils considèrent beaucoup plus que leurs aînés que l’on peut gagner sa vie avec ce métier. Pour les jeunes, le premier enjeu pour l’agriculture française dans les 10 ans à venir est d’adapter les modes de production au changement climatique, quitte à opter pour une certaine décroissance. Frédéric Dabi de l’Ifop confirme cette fracture générationnelle et précise que “72% des jeunes se disent engager sur le climat et 1 sur 5 serait même prêt à mourir pour le climat“. Si les jeunes sont dépolitisés, ils ne sont pas pour autant désengagés. Ferréol Delmas confirme qu’il y a un désinvestissement des jeunes dans les structures traditionnelles, comme les syndicats, associations ou partis politiques, mais ils sont en revanche nombreux à répondre présents pour des actions autour de l’écologie et du climat.

Des pistes pour mieux communiquer en direction des jeunes

Frédéric Dabi souligne un décalage sur la manière de s’informer chez les jeunes. L’étude BVA relève effectivement que si les jeunes veulent s’informer sur l’agriculture, ils privilégient pour cela les reportages et les réseaux sociaux alors que les ainés préfèrent les visites sur les exploitations et les échanges lors d’achats en circuits courts.
« En règle générale, l’entrée par les métiers intéresse énormément les jeunes » souligne Frédéric Dabi. Et c’est peut-être par cette thématique qu’il faut développer l’information auprès des jeunes sur l’agriculture.
« Plutôt que de se focaliser, comme cela se fait actuellement, sur l’accueil des élèves des écoles primaires dans les fermes, il faudrait le faire pour les adolescents en mobilisant les professeurs de SVT et d’histoire-géographie » estime Florence Gramond.
« Il faut également développer la sensibilisation à l’agriculture et à l’alimentation aux collèges et aux lycées » insiste Pauline Morin, en mettant l’accent sur le goût, sur le lien entre cuisine et agriculture.

Pour aller plus loin :
– Baromètre BVA sur la perception de l’agriculture par les Français : cliquez ici
– Le livre “La fracture” (Ed. Les Arènes, paru le 26/09/2021) de Frédéric Dabi et Stewart Chau qui analysent comment la jeunesse d’aujourd’hui fait sécession : ses valeurs, ses choix, ses révoltes, ses espoirs… Cliquez ici
– Les livres blancs du laboratoire d’idées Écologie responsable : cliquez ici

X