Des équipements plus autonomes

Le développement de la robotisation occupe aujourd’hui une place importante en matière d’innovation des agroéquipements. Elle facilite les conduites agroécologiques des cultures, contribue au bien-être animal et améliore également les conditions de travail.

Les constructeurs français ont été précurseurs dans le développement de la robotique agricole pour la conception de machines autonomes. Les prototypes actuels évoluent tous seuls mais nécessitent encore une supervision de leur fonctionnement (soit à proximité, soit à distance).

Concernant les productions végétales, cette robotisation concerne essentiellement actuellement le maraîchage et la viticulture. Pour deux raisons essentiellement : d’une part, la culture en ligne permet au robot de mieux se repérer dans l’espace et d’autre part, l’autonomie de la motorisation électrique est facilitée sur des petites surfaces de culture. Les utilisations principales concernent le travail du sol et le désherbage mécanique. Mais des prototypes plus imposants à moteurs thermiques se développent également en grandes cultures, notamment pour les traitements phytosanitaires ou le semis.

En élevage, la robotisation est déjà présente depuis plusieurs années, notamment avec les robots de traite, des équipements pour le nettoyage des bâtiments ou pour l’alimentation des animaux. La recherche porte aujourd’hui sur une autonomie plus importante de ces équipements.

Au-delà de la conception technique de la robotique agricole, un travail est conduit sur la maîtrise des risques lors des déplacements. Des demandes de dérogations réglementaires sont ainsi en cours afin de permettre à ces petits véhicules autonomes (non autorisés pour la route) d’être expérimentés pour la traversée de chemins ruraux.

Pour aller plus loin : cliquez ici

X