Entre agriculteur et sylviculteur

Planter, entretenir et tirer profit de la culture d’un arbre dans un objectif économique ne signifie pas forcément être agriculteur.

Tout dépend des arbres considérés

Les arbres cultivés pour la récolte de leurs fruits, le sont par des arboriculteurs, qui sont des agriculteurs. La culture d’arbres d’ornement est pratiquée par le pépiniériste, qui est un agriculteur. En revanche, les arbres exploités pour le bois, le sont par des sylviculteurs, ayant un statut juridique différent de celui des agriculteurs.

Et pourtant la différenciation n’est pas si simple

La distinction par essence cultivée ne suffit pas. En effet, les productions de certaines essences forestières, tels que les sapins de Noël ou les taillis à courte rotation (peupliers, saules, aulnes, bouleaux, robiniers faux acacia, miscanthus… valorisés en papeterie, trituration ou énergie) relèvent de l’activité agricole.

Une définition spécifique du métier

L’agriculteur se définit comme une personne qui procède à la mise en culture de la terre et/ou à l’élevage d’animaux à des fins de productions. Tout dépend donc toutefois de la culture concernée puisque le sylviculteur se définit comme étant celui qui s’occupe de cultiver les bois, les forêts en mettant en place, entretenant, réalisant la taille, l’élagage et la coupe des peuplements.

Différent… mais proche

Agriculteur et sylviculteur relèvent tous deux du régime de la MSA, mutualité sociale agricole. C’est la raison pour laquelle notamment les sylviculteurs votent aux élections des Chambres d’agriculture. Toutefois, au sein de cet organisme consulaire, les représentants forestiers constituent un collège propre, différent de celui des agriculteurs.

agroforesterie-loir-et-cher-c-richard-bd