La diminution des antibiotiques en élevage se poursuit


La résistance des bactéries à certains antibiotiques (l’antibiorésistance) est due à un usage abusif de ces médicaments en médecine humaine ou animale. Depuis 1999, sous l’impulsion de campagnes nationales, les éleveurs ont fortement diminuer l’utilisation d’antibiotiques.

Un premier plan national “Ecoantibio” conduit entre 2012 et 2016 avait permis de diminuer de 37 % l’utilisation des antibiotiques en santé animale (dépassant les objectifs fixés initiaux de réduction de 25 %).

Le second plan couvrant les cinq années suivantes, de 2017-2021, vise à poursuivre les efforts de baisse de l’exposition globale des animaux aux antibiotiques, en continuant à développer les méthodes alternatives et la prévention des maladies animales. Après une forte baisse entre 2011 et 2016, on constate que l’exposition globale des animaux en France continue de diminuer, certes de façon moins spectaculaire, mais toujours dans le bon sens.

En 2020, le volume total des ventes s’élève à 415 tonnes d’antibiotiques et s’inscrit en baisse de 2,7 % par rapport à l’année 2019. L’exposition des animaux aux antibiotiques atteint ainsi son plus bas niveau depuis 1999. L’Anses (l’Agence nationale sécurité sanitaire alimentaire nationale) relève notamment que “l’exposition à la colistine, un antibiotique utilisé fréquemment en médecine vétérinaire et réservé aux cas sévères en médecine humaine a diminué de 66% par rapport au niveau de référence de 2014-2015 pour les filières bovine, porcine et avicole. L’objectif de réduction de moitié qui avait été fixé par le plan Ecoantibio 2 est donc atteint“.

Pour aller plus loin : cliquez ici

X