Le durable de la fourche à l’assiette

Les différents acteurs de la filière alimentaire ont commencé à agir pour une production et consommation durables. Il s’agit aujourd’hui de généraliser ces initiatives.

Notre alimentation, c’est 25 à 30 % de nos émissions de gaz à effet de serre” rappelle Shafik Asal, co-fondateur d’Eco 2 initiative. “Aujourd’hui les changements climatiques entraînent des mutations en agriculture et mettent en danger notre alimentation“.

Avec “Mon restaurant passe au durable“, Métro souhaite impulser un passage à l’acte : connecter sa carte au territoire et l’adapter aux saisons, élaborer une assiette à impact positif.

Les agriculteurs font évoluer leurs pratiques culturales, d’élevage mais aussi de transformation. Comme le souligne Sabrina Augier, agricultrice dans le Lot-et-Garonne, “si nous pratiquons depuis longtemps une agriculture écologique, nous avons dû également accentuer nos efforts sur le gaspillage alimentaire ou nos emballages compostables pour nos produits transformés Le Casse-Noissette”.

Pareillement, Josselin Marie, Chef à La table de Colette, souligne le cheminement vers une restauration éco-responsable prenant en compte l’emprunte carbonne et sa recherche actuelle d’une compensation carbonne à la fin du repas.

Pour Guillaume Gomez, co-président d’Euro-Toques France “la cuisine de demain sera forcément sociale, sociétale et environnementale“.

X