L’emploi agricole en pleine évolution

Le salariat constitue un poste clé en agriculture en France aujourd’hui. A l’avenir, il va être amené à évoluer du fait du contexte démographique et au regard de l’évolution des structures d’exploitations.

Dominique Boucherel, président de l’Anefa, l’Association nationale emploi formation en agriculture, souligne deux chiffres importants : il y a en France plus de 250 000 salariés agricoles ayant plus d’un an d’ancienneté à leur poste et plus globalement, en intégrant l’emploi saisonnier, il y a plus d’un million de salariés agricoles. Au regard des quelque 400 000 exploitations agricoles, le salariat est donc loin d’être négligeable. Pour Dominique Boucherel, “sans salarié agricole, il n’y a plus d’agriculture“.

L’emploi salarié permanent agricole ne cesse de croître ces dernières années, avec un effondrement du recours à la main-d’œuvre familiale au profit de la main-d’œuvre salariée. « On constate également une externalisation de plus en plus importante du travail, constate le sociologue François Purseigle, avec un appel accru aux entreprises de travaux agricoles notamment ». Ces métiers de l’agriculture, très variés, vont être amenés à évoluer car de nouvelles formes d’entreprises agricoles vont émerger. « L’emploi agricole va changer en fonction de deux défis : un défi interne d’une part lié à la transmission de l’exploitation et à l’installation ; et un défi externe d’autre part sous l’impulsion de l’agroécologie. Il en découlera de nouvelles formes d’insertion dans les métiers. Trois grandes stratégies seront à l’œuvre : une stratégie d’association (avec une gouvernance partagée), une stratégie d’intégration (avec de nouveaux métiers), et une stratégie de délégation. Demain, les métiers et les fonctions s’articuleront les uns avec les autres par-delà le simple statut de chef d’exploitation ».

Pour aller plus loin, cliquer ici

X