Les ouvriers agricoles, acteurs essentiels de l’entreprise

On résume bien trop souvent les métiers de l’agriculture à ceux uniquement des exploitants agricoles. Or il est possible de travailler sur les fermes avec le statut de salarié. Et l’agriculture recrute à tour de bras.

« Il y a deux fois plus de salariés agricoles que d’exploitants agricoles » souligne Dominique Boucherel, président de l’Anefa, l’association nationale pour l’emploi et la formation en agriculture. Le salarié agricole ne compte pas pour du beurre. Loin de là. Pour preuve, d’après la MSA, le salariat sur les exploitations agricoles en 2019 a réalisé près de 540 millions d’heures rémunérées. L’emploi salarié dans la production agricole, correspond ainsi à 322 054 emplois à temps plein. En moyenne, l’Insee a évalué que les salariés permanents réalisent 20,3 % du travail sur les exploitations agricoles françaises, tandis que les salariés saisonniers et occasionnels en réalisent 16,3%.

Comment devient-on salarié agricole ?

« Rares sont les agriculteurs qui s’installent immédiatement à la sortie de leurs études agricoles » précise Dominique Boucherel, lui-même salarié dans un service de remplacement en Loire-Atlantique. « La plupart du temps, il est conseillé d’acquérir d’autres expériences après ses études, avant de reprendre une ferme. Et cela passe bien souvent par être salarié. Par la suite, c’est une question de choix et d’opportunité : soit on peut s’installer, soit on continue comme salarié agricole ». Ainsi la formation initiale pour être salarié agricole est bien souvent la même que celle pour devenir agriculteur. « On passe par les mêmes étapes car être salarié nécessite des connaissances techniques et pratiques pointues et diversifiées ». En effet, apte à intervenir sur tous types de chantiers agricoles (cultures, élevages, conduites de machines…), les salariés agricoles sont des acteurs polyvalents par excellence.

Un marché du travail très favorable

« Il n’y a pas beaucoup de difficultés pour trouver du travail pour qui est motivé » insiste Dominique Boucherel. « Il existe des organismes spécialisés comme l’Anefa ou l’Apecita pour aider à trouver un poste. Et il y a une abondance d’offres, dans toutes les régions, dans des productions diverses. Le bouche à oreille fonctionne plutôt bien également à la campagne quand un emploi de salarié agricole est à pourvoir. La plus grande difficulté pour le salarié agricole se résume par des soucis logistiques : pouvoir se déplacer (et donc avoir bien souvent son propre véhicule car le milieu rural n’est pas toujours très bien desservi) et se loger (sur place idéalement ou à proximité) ».

Le salarié agricole est employé soit par les exploitants agricoles directement, soit par des entités juridiques distinctes de l’exploitation agricole (agences d’intérim, services d’entraide, groupements d’employeurs, prestataires de services étrangers…). Pour tous ces salariés, une nouvelle convention collective nationale agricole entrera en vigueur le 1er avril 2021. Elle offre un socle social commun s’appuyant notamment sur une grille de classification des emplois et une grille de salaires nationales.

Pour aller plus loin : cliquez ici

X