Quelles sont les différentes démarches environnementales en viticulture ?

Guillaume de Chevron-Villette, viticulteur dans le Var, nous présente les démarches qu’il a mises en place sur son exploitation : Terra Vitis, agriculture biologique ou biodynamie.

Il prône des procédés 100% respectueux de l’environnement, et a pour objectif de rendre sa terre plus propre que lorsqu’il est arrivé sur l’exploitation.

Pour cela, il est certifié Terra Vitis, une certification environnementale reconnue par le Ministère de l’agriculture. La démarche regroupe 500 adhérents, 11 000 hectares de vigne et est présente sur l’ensemble des grands vignobles français. Le cahier des charges exigeants s’établit sur 6 critères :

  • Le respect du territoire en favorisant un sol vivant.
  • La protection des vignes et de la récolte en limitant les interventions, qui sont réalisées qu’en ultime recours.
  • Le respect des hommes qui assure la protection, sécurité et formation des employés.
  • L’innovation qui encourage les adhérents à tester de nouvelles techniques et à les partager avec le réseau.
  • Le respect de la société par le recyclage et la valorisation des déchets produits sur l’exploitation.
  • Et enfin, le respect du consommateur qui est garanti par un contrôle strict des vins par un organisme indépendant.

Une partie de sa production est également certifiée agriculture biologique, basée sur des pratiques culturales soucieuses du respect des équilibres naturels, sans produits chimiques de synthèse ni OGM. Il travaille également en biodynamie, une forme d’agriculture biologique considérant l’univers de la plante dans son ensemble: du ciel à la terre. Cela se traduit par exemple par la prise en compte des cycles lunaires ou le retour du travail du sol avec la traction animale.

D'autres Rendez-vous en ferme inconnue

X