Réchauffement climatique : des solutions existent !

Le constat est connu : pour éviter le scénario catastrophe des +2° en 2100, le GIEC affirme que la planète doit être neutre en carbone en 2050.

Pour la France, cela correspond à :

  • diviser par 6 les émissions de Gaz à Effet de Serre (GES);
  • multiplier par 3 les puits de carbone;
  • décarboner entièrement notre consommation d’énergie.

En rappelant ces chiffres dès les premières pages de son dernier rapport d’orientation intitulé : «  Faire du défi climatique une opportunité pour l’agriculture », la FNSEA a choisi de prendre ce dossier à bras le corps. Oui ! le changement climatique est une réalité à laquelle les agriculteurs doivent faire face. Oui ! L’agriculture, en tant qu’activité économique productive, émet naturellement des gaz fortement réchauffant mais elle contribue aussi à leur atténuation par sa fonction de puits et de fournitures d’énergies renouvelables.

Cette réalité du réchauffement se concrétise tout d’abord par de multiples impacts qui pénalisent la quantité et la qualité des productions végétales tout en interférant sur l’alimentation d’élevage. En récusant l’approche de « mettre sous cloche » la production française, la FNSEA préconise de prendre en compte la contribution globale de l’agriculture et de mettre en perspective le défi alimentaire. « Il faut raisonner sur l’empreinte carbone de l’assiette » écrivent les 4 rapporteurs.

A partir d’exemples concrets mis en œuvre dans les filières, Climalait pour le lait, Laccave dans la viticulture, le rapport préconise une adaptation incrémentielle (solutions qui s’additionnent les unes aux autres) et systémique pour éviter un scénario de rupture. L’enjeu est à la fois de renforcer la résilience des systèmes agricoles face aux effets du changement climatique, et d’augmenter la capacité des écosystèmes à stocker du carbone dans le sol et dans les plantes. Les rédacteurs en appellent donc à prendre en compte les solutions multiples déjà mises en œuvre. Car l’agriculture ne part pas de zéro : développement de légumineuses, amélioration de l’efficacité de l’azote, modification des rations animales… les solutions existent et doivent être combinées avec une intensification de la recherche pour que les agriculteurs puissent s’adapter en s’appuyant sur des bases scientifiques.

Pour aller plus loin : cliquez ici

X