Entre lavande et lavandin

La lavande est cultivée aujourd’hui en France sur plus de 5 000 hectares et le lavandin sur plus de 20 000 hectares. Des surfaces qui prennent chaque année un peu plus d’ampleur (avec une augmentation des surfaces de 47 % en 10 ans) et s’étendent au-delà des régions traditionnelles de Provence.

La France est le premier producteur mondial de lavandin et le deuxième de lavande (derrière la Bulgarie). Avec 2000 producteurs et 120 distilleries, le secteur emploie quelque 9 000 personnes. Les régions traditionnelles de Provence (Drôme, Vaucluse, Alpes-de-Haute-Provence, Ardèche) restent les principaux lieux de production. Mais la culture s’étend également désormais au Quercy (Lot, Tarn-et-Garonne) et au Bassin parisien (Eure-et-Loir, Loir-et-Cher).

Contrairement à la lavande, le lavandin est stérile et se multiplie uniquement par bouturage. Le lavandin peut pousser dans des zones de plus basse altitude et permet des rendements plus importants : 1 hectare de lavandin permet de produire 100 kg d’huile essentielle, quand 1 hectare de lavande en produit 15 kg.

Une culture exigeante

La durée moyenne de vie d’une plantation de lavandin s’étend sur 8 ans, avec 7 années de production. Il est planté avec une densité de 12 000 pieds/hectare. La récolte se déroule lorsque la fleur est en pleine floraison, entre mi-juin et mi-août, selon les régions. Il est alors mis en andains, pour être séché et pré-fané, avant d’être acheminé vers des alambics pour être distillé.
La principale maladie de la culture est due à des bactéries : le phytoplasme du Stolbur, responsable du dépérissement prématuré de la lavande et du lavandin.

Une production de qualité

Pour valoriser leurs productions, les agriculteurs peuvent s’appuyer sur différentes démarches de qualité :

  • Une certification de production éthique et durable a été mise en place par la filière depuis 2008 avec la démarche Censo
  • Un signe officiel de qualité et d’origine existe dans les départements des Alpes-de-Haute-Provence, Hautes-Alpes, Drôme et Vaucluse avec l’AOP, appellation d’origine protégée “Huile essentielle de lavande de Haute-Provence
  • La certification en Agriculture Biologique prend également de plus en plus d’ampleur. Selon FranceAgriMer, la production de lavande et de lavandin bio a doublé en quatre ans. Elle représente aujourd’hui 52 % des surfaces totales des plantes à parfums aromatiques et médicinales bio françaises.

Pour aller plus loin : cliquez ici

X