La Drôme, le pays de l’ail

Historiquement, la Drôme est un berceau de la production d’ail. Une soixantaine d’agricultrices et d’agriculteurs y produisent aujourd’hui de l’ail blanc, noir ou violet. L’ail blanc de la Drôme bénéficie du signe officiel IGP, Indication géographique protégée, depuis 2008.

La sélection variétale sur l’ail blanc menée par l’Inra, Institut national de recherche agronomique, dans la Drôme a conduit aux variétés Messidrôme et Thermidrôme. S’appuyant sur les conditions pédo-climatiques spécifiques au climat ensoleillé et venté, combiné à des exigences sur la date de récolte, la conduite de séchage et les pratiques agroécologiques, une aire de production bien délimitée est établie pour pouvoir bénéficier du signe officiel Ail blanc IGP de la Drôme.

Les gousses, appelées caïeux, sont mises en terre en octobre. La récolte se réalise fin juin. L’ail est ensuite mis en séchage, puis “blanchi” (c’est-à-dire débarrassé de ses racines et de ses premières peaux) et enfin calibré.

L’ail blanc de la Drôme, doux, frais, et légèrement sucré au goût, fortement concentré en antioxydants, se consomme cru ou cuit car il est parfumé sans être agressif. L’ail noir est obtenu à partir de l’ail blanc IGP de la Drôme, cuit à basse température pendant 30 jours afin de réaliser une transformation enzymatique. Enfin, l’ail violet, au goût plus prononcé et corsé, est plus destiné à la cuisine méditerranéenne.

La Drôme n’est pas bien sûr le seul département français producteur d’ail. En 2019, la France a cultivé 3 485 hectares d’ail sec et en a produit ainsi plus de 25 000 tonnes (avec un rendement moyen de 7,3 tonnes/ha). Les principaux départements concernés sont le Gers, le Tarn, la Drôme, le Tarn-et-Garonne et le Vaucluse. La France est le quatrième producteur européen d’ail, après l’Espagne, la Roumanie et l’Italie.

Les producteurs drômois innovent avec l’ail éléphant

Pour aller plus loin : cliquez ici

X