Manger mieux nécessite de gaspiller moins

On constate aujourd’hui que ce qui coûte cher n’est pas ce que nous mettons dans notre assiette mais ce qui part à la poubelle. Respecter la nourriture revient à respecter le travail des agricultrices et des agriculteurs.

En France, chaque année près de 20% de la nourriture produite finit à la poubelle. Cela représente 150 kg de nourriture par personne et par an, gaspillés tout au long de la chaîne alimentaire depuis le producteur jusqu’au consommateur. En d’autres termes, c’est aussi chaque année 10 millions de tonnes de nourriture gâchée, soit 16 milliards d’euros et 15 millions de tonnes équivalent CO2, soit 3% des émissions de gaz à effet de serre de l’activité nationale.

Afin d’y remédier, un nouveau label « anti-gaspillage alimentaire » a été créé fin décembre 2020 afin d’orienter les choix des consommateurs vers les entreprises vertueuses.

Pour aller plus loin, le député et président du Conseil national de l’alimentation Guillaume Garot a déposé une proposition de loi visant à renforcer et élargir le dispositif contre le gaspillage alimentaire. Il constate en effet qu’il reste beaucoup à faire : « les dons aux associations ont augmenté en quantité, mais leur qualité pose problème ; le maillon de la consommation continue à représenter près d’un tiers du gaspillage alimentaire ; l’information au consommateur reste souvent partielle et peu adaptée ». Différentes mesures proposées visent ainsi à développer la sensibilisation, l’information et l’éducation sur ce sujet.

Depuis le 1er janvier 2021, la loi rend obligatoire le don des invendus pour les grands opérateurs de l’agroalimentaire et de la restauration collective. Guillaume Garot propose d’étendre cette obligation à la production agricole en permettant aux agricultrices et agriculteurs de conclure une convention de don (auprès notamment de Solaal) ou une convention de glanage (ramassage sur les parcelles agricoles une fois la récolte effectuée).

Pour aller plus loin: cliquez ici

X