L’avenir est à la diversité des méthodes de protection des plantes

Pour Michel Dron, professeur de pathologie végétale de l’Université Paris-Saclay, membre de Végéphyl et de l’Académie d’agriculture de France, l’avenir de la protection des cultures à l’horizon 2050 passera nécessairement par une multitude de méthodes.

Michel Dron estime que la notion de protection des cultures nécessitera de développer une approche combinatoire sur les territoires.

Cette lutte contre les bioagresseurs s’appuiera, au-delà d’une utilisation raisonnée de l’agrochimie, sur une démarche mêlant lutte intégrée, résistance génétique des plantes aux maladies, outils d’aide à la décision et systèmes d’induction de défenses naturelle des plantes.

Il sera nécessaire également de redéfinir les territoires agricoles afin d’éviter trop d’échanges et de risques de transmission de maladies.

Enfin, tout cela s’articulera avec une réflexion globale sur les assolements, les rotations, la diversification des productions, pour limiter la propagation des maladies.

Pour aller plus loin : cliquez ici

X