L’huile d’olive française

Dans son étude sur le marché mondial de l’huile d’olive, FranceAgriMer souligne la relative stabilité en France des surfaces de production oléicole. La petite production française est avant tout tournée vers la qualité avec 9 appellations d’origine protégée et une proportion conséquente issue de l’agriculture biologique.

Le verger oléicole français se situe principalement sur quatre bassins de production : 49% en Provence-Alpes-Côte-d’Azur, 28% en Occitanie, 13% en Corse et 9% en Auvergne-Rhône-Alpes. Globalement, on estime que 5 millions d’oliviers sont implantés en France sur environ 50 000 hectares, avec la spécificité que près de 75 % des surfaces concernent des oléiculteurs amateurs. Cette superficie oléicole française est quasi stable depuis six ans, même si la répartition régionale évolue (avec une diminution régulière des superficies en PACA). En revanche, sur la même période, le nombre d’exploitations oléicoles professionnelles en France affiche un recul de 14 %, soit une perte totale de 861 entreprises.

En 2020, 4 547 tonnes d’huile d’olive ont été produites en France (dont 51 tonnes obtenues à partir
d’olives étrangères). Ce niveau de production se situe globalement dans la moyenne des vingt dernières années (4 553 t). La production moyenne nationale en AOP (Appellation d’origine protégée) de l’ordre de 1 700 tonnes connaît un attrait commercial croissant depuis ces dernières années. La France compte ainsi 9 appellations d’origine protégée d’huile d’olive : Nyons, Vallée des Baux-de-Provence, Aix-en-Provence, Haute-Provence, Nice, Nîmes, Corse, Provence et Languedoc.

En 2020, au niveau mondial, seulement 8,4 % des oliveraies sont biologiques. En revanche, en France, les surfaces professionnelles menées en agriculture biologique (6 425 hectares) représentent 49 % de la surface totale d’oliveraies. Durant la dernière décennie, les surfaces totales biologiques en France ont progressé de près 259 %. Ainsi, au niveau mondial, la France présente la plus grande part d’oliveraies en production biologique (36 %), suivie de l’Italie (21 %), de la Tunisie (21 %) puis de l’Espagne (8 %).

Pour aller plus loin : FranceAgriMer

X