Actualités

Actrices incontournables de l’agriculture

Publié le 21 Fév 24

La MSA et Verian publient un baromètre sur les agricultrices et les salariées en agriculture. Les femmes du monde agricole sont particulièrement volontaires et mues par la passion, mais aussi en quête de reconnaissance, non seulement par l’ensemble de la société, mais également par leurs pairs et les acteurs de leur secteur.

L’agriculture est très clairement pour elles un choix de cœur : toutes la décrivent comme un métier « passion » (93 %) qui leur semble de toute évidence essentiel (96 %) et dans lequel elles s’épanouissent (84%). Elles sont avant tout mues par leur amour du métier (47 %) et de la nature (51 %).

Un attachement à leur profession extrêmement fort, malgré des points de crispations qu’elles dénoncent :

  • Un sentiment d’inégalités entre les femmes et les hommes du monde agricole, notamment en termes de rémunération et surtout de reconnaissance ;
  • Une rémunération jugée très insuffisante.

Pour télécharger le baromètre : cliquez ici

Grande consultation citoyenne sur l’éducation à l’alimentation

Publié le 20 Fév 24

Avec le parrainage du ministère de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire, une coalition réunissant Make.org, #agridemain et Open Agrifood, lance une grande consultation sur l’éducation à l’alimentation au Salon International de l’Agriculture. Son lancement aura lieu le dimanche 25 février 2024 à 16h30 sur le stand du ministère, en présence du ministre Marc Fesneau.

L’éducation à l’alimentation de nos enfants est une question de santé publique. Les maladies liées à une mauvaise alimentation dont l’obésité ne cessent d’augmenter, en particulier dans les milieux défavorisés. Au-delà du mal-être des personnes touchées par ce fléau, cela représente un coût de 10 milliards d’euros supporté par la sécurité sociale.

Aujourd’hui, Make.org, #agridemain et Open Agrifood – avec le soutien du Salon international de l’agriculture et du Club de la table française et avec le parrainage du ministère de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire – s’unissent pour construire la première coalition pour une action majeure en faveur d’une sensibilisation et d’une éducation à une meilleure alimentation pour nos enfants. Une consultation citoyenne massive se déroulera du 25 février au 25 avril 2024, pour ouvrir un grand débat avec les Françaises et Français et expert.e.s du sujet sur la plateforme Make.org autour de la question : “Comment sensibiliser et éduquer nos enfants à mieux manger ?“.

Cette consultation sera lancée le 25 février à 16h30 sur le stand du ministère (hall 4) et sera complétée par des animations et des tables-rondes sur ce thème sur le stand de #agridemain.

Pendant deux mois les citoyennes et citoyens seront invité.e.s à faire des propositions et voter sur celles des autres en répondant à la question “Comment sensibiliser et éduquer les enfants à mieux manger ?”. Les résultats de la consultation seront présentés le 7 juin lors du lancement des Journées Nationales de l’Agriculture dont la thématique cette année porte sur l’éducation à l’alimentation.

La différence en agriculture

Publié le 14 Fév 24

La Chambre d’agriculture de Bretagne œuvre à une meilleure acceptation et une plus grande insertion des personnes handicapées en agriculture, en portant le projet « Handi-CAP vers l’agriculture ! »

Le projet « Handi-CAP vers l’agriculture ! » s’appuie sur:
– un recueil de 8 témoignages sur le handicap en agriculture, des podcasts et des fiches pratiques
– un évènement régional, trait d’union entre employeurs, demandeurs d’emploi et jeunes en formation
– une exposition photos itinérante «Nouveaux regards sur le handicap en agriculture»
– une mallette pédagogique destinée à sensibiliser aux enjeux du handicap en agriculture, notamment dans les centres de formation agricole.

Le recueil est riche de conseils et surtout de témoignages inspirants, ouvrant les portes des possibles pour les personnes handicapées dans l’univers agricole. Comme l’exprime Magali, handicapée, “ce qui est vraiment nécessaire pour travailler dans une ferme, c’est d’avoir une motivation véritable“.

Pour feuilleter le recueil, cliquez ici

Coalition pour une alimentation saine

Publié le 6 Fév 24


Le 25 février 2024, au Salon international de l’agriculture à Paris Porte de Versailles, sera lancée sur le stand du ministère de l’Agriculture (hall 4), une grande consultation sur l’éducation à l’alimentation, thème de la 4e édition des Journées Nationales de l’Agriculture (qui se tiendront du 7 au 9 juin 2024). Cette consultation est initiée par une coalition réunissant Make.org, #agridemain et Open Agrifood, avec le soutien du Salon international de l’agriculture et du Club de la table française.

Extrait du dossier de presse du SIA 2024, interview d’Estelle Colas, directrice Grandes Causes Make.org :

Comment est née la coalition ?
Nous avions proposé de mettre en avant cette grande cause dans le cadre des Journées Nationales de l’Agriculture et nous avons jugé qu’il serait intéressant cette année de passer un nouveau cap et d’aller consulter les citoyens sur cette question de santé publique très importante : comment sensibiliser et éduquer les enfants à mieux manger ? Avec #agridemain et Open Agrifood, acteurs très engagés sur cette thématique, nous avons décidé de lancer une coalition, et donc une consultation citoyenne massive, pour ouvrir une discussion à grande échelle avec les Français et les experts du sujet.

Que va apporter le Salon International de l’Agriculture à ce projet ?
Il fallait donner un écho médiatique et une grande visibilité à cette consultation, et nous avons donc demandé le soutien du Salon, qui a accepté de s’associer à cette opération et de soutenir cette cause sur l’éducation à l’alimentation des enfants. Un thème qui a touché les organisateurs. Tous ensemble, avec le soutien du Salon International de l’Agriculture, nous allons vraiment pouvoir, très concrètement, porter le sujet et relayer cette consultation, qui sera lancée officiellement le 25 février au Salon en présence du ministre de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire Marc Fesneau. Il y aura chaque jour des animations sur ce thème, des table-rondes, et les visiteurs seront incités à participer. La consultation se prolongera au-delà du Salon, puisqu’elle durera deux mois.

Quelle sera l’étape suivante ?
Les résultats de la consultation seront présentés le 7 juin lors des Journées Nationales de l’Agriculture, à Paris, aux Arènes de Lutèce. Il y aura là aussi des stands, des animations, et nous espérons la présence de représentants du ministère de l’Éducation nationale, de la Jeunesse, des Sports et des Jeux Olympiques et Paralympiques.
L’alimentation des enfants est une thématique importante, à laquelle les plus jeunes doivent être sensibilisés le plus tôt possible, y compris à l’école. Et nous espérons que les Français vont se mobiliser et vont participer très nombreux à cette consultation.

La fertilisation associée, une solution pour répondre aux enjeux des agriculteurs ?

Publié le 5 Fév 24
Débat sur la fertilisation associée au Salon de l’agriculture à Paris, le dimanche 25 février de 13h30 à 14h30

Avec la fertilisation associée, les industriels proposent aux agriculteurs une approche conciliant production agricole, respect de l’environnement en évitant l’épuisement et la dégradation des sols à long terme.

La fertilisation associée s’appuie sur la combinaison des engrais (organiques, minéraux, organo-minéraux), des amendements et des biostimulants. Ainsi, par exemple, des industriels commercialisent des micro-organismes utilisés comme additifs agronomiques pour les matières fertilisantes et qui agissent notamment sur la croissance racinaire et sur la disponibilité de certains éléments fertilisants dans le sol. Ainsi, la fertilisation associée contribue à une meilleure croissance de la plante et à un meilleur rendement.

L’Unifa, l’Union des industries de la fertilisation, profitera du Salon de l’agriculture à Paris, le dimanche 25 février à 13h30 pour débattre du sujet sur le stand #agridemain (hall 4, allée B). Walid Saadé, président de l’entreprise Compo Expert, Delphine Guey, présidente de l’Unifa, Christian Huyghe, directeur scientifique agriculture à l’Inrae, Antoine Pissier, président du Négoce agricole, Céline Duroc, directrice de l’AGPM, David Guy, gérant de la société Sky Agriculture, Claude Menara, maïsiculteur, Claude Petitguyot, éleveur et François Arnoux, céréalier débattront autour du sujet : “La fertilisation associée, une solution pour répondre aux enjeux des agriculteurs ?“

Et si produire le vin de demain c’était aussi questionner son contenant ?

Publié le 1 Fév 24


Et si demain, sur nos tables, notre vin préféré se trouvait dans une bouteille plus légère, consignée, en lin, ou même en canette ? Sommes-nous prêts à dépasser les codes traditionnels du vin pour explorer de nouvelles façons plus responsables de consommer ?

Guidée par la volonté de façonner un avenir où vin rime avec durabilité, innovation, et surtout, plaisir partagé, Terra Vitis, la certification de viticulture responsable en France, s’empare de ces questions pour accompagner ses adhérents de manière proactive.

Après avoir introduit l’éco-conception dans son cahier des charges en 2023, la démarche franchit un nouveau cap en 2024 avec la signature du Bottle Weight Accord (BWA) du consortium Sustainable Wine Roundtable. Ce pacte ambitieux, partagé avec des distributeurs internationaux renommés, vise à réduire le poids moyen d’une bouteille de vin tranquille de 750ml en-deçà de 420 grammes d’ici fin 2026.

Plus qu’une simple évolution technique, cette initiative est une opportunité majeure d’accompagner l’intégralité des adhérents Terra Vitis dans la réduction de leur empreinte carbone et de progresser collectivement.

A l’occasion du Salon international de l’agriculture de Paris, la Fédération nationale Terra Vitis et l’Institut français de la vigne et du vin, débattront de ce thème jeudi 29 janvier 2024. Pour en savoir plus, cliquez ici.

#agridemain et Euro-Toques France invitent à échanger sur l’éducation à l’alimentation

Publié le 30 Jan 24

Les ambassadeurs #agridemain seront présents dans le Hall 4 – Allée B – Stand 20, du 24 février au 3 mars, au Salon international de l’agriculture à Paris Porte de Versailles, pour échanger avec le grand public, expliquer et présenter leurs pratiques. Ils apporteront également leurs produits pour que les chefs de l’association Euro-Toques France, accompagnés par les apprentis du Lycée Albert de Mun, puissent les sublimer et les faire déguster lors des tables d’hôtes.

Les Français méconnaissent l’agriculture et regrettent parfois un manque de transparence de la part du secteur. #agridemain veut pallier ce manque de dialogue et faire se rapprocher le monde agricole de la société en ouvrant les discussions. Ce débat entre agriculteurs, Chefs et consommateurs permettra de démontrer que la construction du monde agricole de demain est l’affaire de tous.

Ce sera aussi l’occasion de parler de la 4e édition des Journées nationales de l’agriculture (qui se tiendra du 7 au 9 juin 2024), car pour la première fois, le Salon international de l’agriculture soutient le thème 2024 qui sera l’éducation à l’alimentation. Le salon donne ainsi l’opportunité d’engager les échanges et de lancer une consultation citoyenne sur ce thème. Par ailleurs, chaque jour, sur le stand #agridemain, des partenaires et invités viendront éclairer sur l’actualité de leur filière.

Pour en savoir plus sur la programmation, cliquez ici

Une souveraineté alimentaire qui s’envole ?

Publié le 25 Jan 24


A travers l’exemple du poulet, Agridées s’est penché sur la souveraineté alimentaire de la France.

La consommation de poulet dans notre pays dépend désormais à 50 % des importations. Agridées interroge : faut-il s’en inquiéter et en faire un symbole de la dégradation de notre socle productif, ou simplement compter sur d’autres pays, quels qu’ils soient, et s’en satisfaire ?

Les raisons qui amènent à la situation actuelle du poulet en France, qui a été auparavant leader européen, sont fort nombreuses avec un point d’évidence : l’affaiblissement de l’outil productif” souligne le think tank. Pour Agridées, le poulet de chair a un avenir en s’appuyant sur un plan de relance productive et sur la production durable du poulet.

Pour en savoir plus : cliquez ici

La production betteravière se maintient

Publié le 22 Jan 24

Dans son dernier rapport la Confédération générale des planteurs de betteraves, dresse un bilan de la situation de la culture de betteraves sucrières en France.

Sur la campagne 2022-2023, 403 000 hectares de betteraves ont été cultivés, permettant une production de 30 800 0000 tonnes. La France est ainsi le premier producteur de sucre et de bioéthanol d’Europe.

Le profil type du betteravier est le suivant :
• Il est âgé de 52 ans. Cette population âgée se caractérise également par le fait que 20 % des planteurs ont plus de 60 ans.
• Sa surface moyenne est de 16 à 17 hectares de betteraves, cultivées en rotation sur une exploitation de 137 ha de SAU (surface agricole utile). Un planteur sur cinq (20 %) est également éleveur.
• Les 2/3 d’entre eux ont un niveau d’études secondaires, et 20 % d’entre eux ont fait des études supérieures.
• Plus de 80 % des planteurs sont situés dans les régions Hauts-de-France ou en Grand-Est.

Pour aller plus loin : cliquez ici

Au salon, les enfants !

Publié le 15 Jan 24

Open Agrifood participera à nouveau cette année au Salon international de l’agriculture, Porte de Versailles à Paris, avec notamment le Rallye Fétasoupe et des goûters pour les enfants.

Le premier week-end du Salon, le samedi 24 et dimanche 25 février 2024, Open Agrifood organise le Rallye Fétasoupe, un jeu éducatif à destination des enfants pour découvrir comment cultiver et cuisiner.

Il sera ainsi possible de retrouver Open Agrifood sur 5 stands partenaires autour de tables de découvertes ludiques pour les enfants (plantation, dégustation, cuisine…). Un rallye, de stand en stand, permettra de découvrir 7 aliments de base (la pomme de terre, le poireau, la carotte, la pomme, la poire, la lentille ou encore le blé). Rendez-vous est donc donné aux enfants de 8/9 ans, dans le hall 4 (sur les stands d’#agridemain, du Cneap, de Phytéis et de la FNSEA), ainsi que dans le hall 1 (sur le stand de Bleu Blanc Cœur) et dans le hall 2 (sur le stand de Semae).

Open Agrifood donne également rendez-vous les samedis 24 février et 2 mars, ainsi que les dimanches 25 février et 3 mars, à 16h, sur le stand #agridemain (hall 4) pour une table dédiée au goûter des enfants.

Pour en savoir plus : cliquez ici

Les légumes livrés à la transformation : une part conséquente de la production nationale totale

Publié le 12 Jan 24

Les données collectées par FranceAgriMer concernant les légumes transformés en 2022 met en évidence que cette filière représente une part significative de la production nationale totale puisque 32% des légumes cultivés en France sont livrés à la transformation.

Ainsi, 78 290 hectares en 2022 en France ont été consacrés à la culture de légumes destinés à la transformation, pour une production s’élevant à 1 218 300 tonnes par 4 783 productrices et producteurs.

Les productions de pois et haricots représentent à elles seules 73 % des légumes destinés à la transformation.

Les légumes transformés en conserve concernent principalement le maïs doux, les haricots verts, les pois-carottes et les petits pois. Ces conserves de légumes sont en très grande majorité consommées (88 %) à domicile.

Quant aux légumes surgelés (essentiellement les haricots verts, les épinards et les choux-fleurs), ils sont consommés tout à la fois à domicile (56%) et en restauration (44%).

Pour aller plus loin : cliquez ici

Une centenaire qui a de l’avenir

Publié le 10 Jan 24

Depuis leur création, en 1924, les Chambres d’agriculture ont joué un rôle clé dans le développement et le soutien de l’agriculture française. Elles ont évolué pour répondre aux besoins des agriculteurs et des territoires, tout en contribuant à façonner l’avenir durable de l’agriculture.

Établissements publics, les Chambres d’agriculture représentent l’ensemble des acteurs du monde agricole, rural et forestier. Elles rassemblent 3 200 élus et emploient quelque 8 230 collaborateurs. Les 88 Chambres départementales ou interdépartementales, les 13 Chambres régionales et la structure nationale Chambres d’agriculture France œuvrent sur 3 axes essentiels :

  • accompagne l’agriculture dans ses transitions économiques, sociétales et climatique ;
  • développer, créer plus de valeur dans les territoires ;
  • faire dialoguer agriculture et société.

Depuis 100 ans, chaque jour, les Chambres d’agriculture agissent pour l’agriculture.

Le vin conserve une place non négligeable dans la consommation des Français

Publié le 3 Jan 24

D’après une étude de FranceAgriMer et du Cniv, Comité national interprofessionnel des vins, 71 % de la population consomment du vin au moins 1 fois dans l’année. Néanmoins, cette consommation est désormais majoritairement ponctuelle avec des consommateurs occasionnels de vin de plus en plus nombreux (51%).

En 2022, les consommateurs réguliers de vin en France ne représentent plus que 11 % de la population. La proportion de la population non-consommatrice de vin se stabilise depuis 5 ans autour de 37 % des Français.

La fréquence de consommation de vin varie principalement en fonction de l’âge. Si les consommateurs réguliers tendent à disparaître, ils sont encore 18 % chez les plus de 50 ans. On compte 21 % de consommateurs hebdomadaires chez les 35-49 ans et les plus de 50 ans alors qu’ils représentent 15% des 18-34 ans. 17 % des 50 ans et plus consomment du vin de manière mensuelle, tandis qu’ils sont 20 % chez les moins de 50 ans. Au total, 15 % de la population consomme du vin plus rarement. Enfin, la plus grande disparité réside chez les nonconsommateurs : 27 % des plus de 50 ans ne consomment jamais de vin. Ils sont 38 % chez les 35-49 ans et presque 1 sur 2 pour les moins de 35 ans.

L’évolution de la consommation de vin s’inscrit dans un contexte de recul de la consommation globale d’alcool chez les Français. En termes de nombre annuel moyen de jours de prise, la bière est la seule boisson alcoolisée qui augmente avec 10 jours de prises supplémentaires, alors que les vins tranquilles baissent fortement par rapport à 2015 (- 17 jours de prise).

Pour aller plus loin : cliquez ici

Un nouvel élan pour la culture

Publié le 2 Jan 24

Cinquante ans après sa création, l’Association des écrivains et artistes paysans, l’AEAP, a redessiné ses objectifs, en actualisant son manifeste et en ouvrant les portes de l’association aux nouveaux paysans d’aujourd’hui.

Le manifeste souligne notamment que “les nouveaux paysans sont connectés au monde par internet, les médias, les voyages et de multiples réseaux associatifs, professionnels et culturels. Nombre d’entre eux arrivent d’autres milieux professionnels et culturels. Une moitié ont suivi des études supérieures, une autre non. Tous sont tournés vers l’avenir. La plupart sont dans l’invention, l’innovation sous toutes ses formes. Ils cherchent d’autres façons de produire, d’être au monde et d’agir dans la société. Beaucoup sont des aventuriers, des héros des temps modernes. L’art est le plus bel outil dont disposent les paysans pour exprimer par eux-mêmes, par leurs propres voix ce profond renouvellement des façons d’être à la terre. L’écriture, la peinture, le chant, le conte, la sculpture, aucun de ces arts n’est la chasse gardée de quelques hobereaux, tous s’ancrent dans une tradition née avec et de l’humanité. L’art est un outil qui dans la main transcende la nature. Il valorise le lien fort qui nous unit à elle. L’art est universel et indépendant de tout jugement de valeur car il touche au permanent, au fondamental, à l’essentiel, au sacré. Comme la graine que l’on sème, il ne demande qu’une terre amoureuse et bienveillante pour s’épanouir“.

Depuis son origine, l’AEAP a rassemblé plus de 500 auteur(e)s et artistes paysans. Leurs 1300 ouvrages répertoriés et classés sont conservés à la bibliothèque de l’Ethnopôle Garae de Carcassonne. La mémoire de l’agriculture et de la ruralité, à travers la voix et l’expression des artistes paysans, est désormais transmise et consultable.

Pour aller plus loin : cliquez ici

Les protéines végétales bien représentées dans les rayons alimentaires

Publié le 14 Déc 23

Une étude a été conduite par Protéines France et Terres Univia afin de rechercher les sources de protéines végétales dans les circuits de distribution alimentaire. Une grande diversité de sources protéiques y est aujourd’hui représentée, du blé au soja, en passant par le pois et la spiruline.

Ingrédient d’importance dans la composition des produits finis, les matières protéiques se retrouvent en majorité dans les rayons surgelés, épicerie sucrée et frais non laitier. La protéine de blé est la plus représentée tous rayons confondus.

« Ce bilan de référencement met en avant l’utilisation croissante des ingrédients protéiques à base de légumineuses au sein d’une grande variété de produits et de rayons. Aujourd’hui, nous constatons à la fois la place prédominante du soja et du pois mais aussi la montée en puissance de l’utilisation de nouvelles espèces de légumineuses telles que la féverole, le pois chiche ou encore la lentille » précise Benjamin Lammert, président de Terres Univia.

X