Actualités

Le sucre français plébiscité

Publié le 3 Fév 23

L’institut CSA, en partenariat avec Cultures Sucre, a questionné les consommateurs pour connaître la place qu’ils accordent au sucre dans leurs habitudes alimentaires. Le sucre s’avère être une source de plaisir incontournable, et encore plus apprécié s’il est Made in France !

Pour 67 % des Français, le sucre est un produit de première nécessité, qui constitue une source de plaisir, qui, lorsqu’il est consommé de façon raisonnée, est compatible avec une alimentation équilibrée.

Le consommateur accorde une grande importance à l’origine du produit. “Si acheter du sucre Made in France est important pour plus de 8 Français sur 10, seuls 46 % citent spontanément la France comme lieu de production majeur. Un vrai paradoxe sachant que le sucre que nous utilisons au quotidien provient essentiellement de betteraves cultivées en France et que notre pays est le premier producteur européen” souligne l’étude.

Philippe Reiser, directeur général de Cultures sucre, rappelle que « la grande majorité du sucre utilisé dans notre pays provient de betteraves à sucre cultivées sur une trentaine de départements situés au nord et à l’est, avec des sucreries implantées à proximité. À l’heure où les Français estiment important de maintenir une production de sucre en France pour notre souveraineté alimentaire, il est primordial de faire mieux connaître le travail des acteurs de la filière betterave-sucre française ».

Pour en savoir plus : cliquez ici

Renouvellement des générations

Publié le 2 Fév 23

Du 30 janvier au 5 février, les Jeunes agriculteurs se mobilisent pour sensibiliser sur l’attrait des métiers agricoles, dans le cadre du renouvellement des générations.

La moitié des agriculteurs aura l’âge de partir à la retraite dans la décennie qui vient. Par ailleurs, 2/3 des futurs retraités n’ont pas identifié de repreneurs, alors qu’ils détiennent 1/4 de la surface agricole utile. Le renouvellement des générations est donc une priorité pour le monde agricole.

La souveraineté alimentaire comme fil conducteur au Salon de l’agriculture

Publié le 1 Fév 23

Autour d’agricultrices et agriculteurs, de Chefs Euro-Toques et d’invités, #agridemain échangera avec les visiteurs du Salon International de l’Agriculture sur la souveraineté alimentaire et la diversité de l’agriculture française. Rendez-vous est donné sur le stand #agridemain, dans le Hall 4 – Allée B – Stand 20, du 25 février au 5 mars, au Salon International de l’Agriculture, à Paris Porte de Versailles.

Tous les jours des ambassadeurs #agridemain seront présents pour échanger avec le grand public, expliquer et présenter leurs pratiques. Ils apporteront également leurs produits pour que les chefs de l’association Euro-Toques France, accompagnés par les apprentis du Lycée Albert de Mun puissent les sublimer et les faire déguster lors des tables d’hôtes.

Tout le monde parle de la souveraineté alimentaire. Mais sait-on véritablement ce que cela recouvre ? La France est-elle souveraine pour tous ses produits ? #agridemain invitera à participer à un jeu de questions-réponses, élaboré par des membres de l’Académie d’agriculture de France (Michel Candau et Jean-Louis Rastoin), pour repartir avec une meilleure compréhension de l’enjeu de la souveraineté.

Chaque jour, des partenaires et invités viendront éclairer sur la spécificité et l’importance de leur filière. Ainsi, sont programmés :

  • Samedi 25 février 2023

En présence des agricultrices et agriculteurs : Claude Petitguyot, Louis Thomassin, Sabrina Augier & Patrick Chassac, Marianna Briançon
Avec la participation du Chef Nicolas Rota
Avec des échanges :
. à 13h30 autour de la baguette française avec la CNBPF
. à 16h00, Pernod Ricard France débattra autour du thème “Ensemble et Engagés pour préserver nos terroirs”.
Le stand accueillera le rallye Fétasoupe d’Open Agrifood sur le thème des céréales.

  • Dimanche 26 février 2023

En présence des agricultrices et agriculteurs : Fanny & Stéphane Boutarin, Mathilde Ollivier & Stéphane Cottenceau, Benjamin Rogge, Stéphane Fautrat, Adèle Champdavoine et Ludovic Massacret.
Avec la participation des Chefs Nicolas Rota et Marcel Lesoille
Avec des échanges à 13h30 autour du bien manger avec Les agriculteurs ont du cœur.
Le stand accueillera le rallye Fétasoupe d’Open Agrifood sur le thème des céréales.

  • Lundi 27 février 2023

En présence des agricultrices et agriculteurs : Cécile Vidal, Matthieu Bégou, Fanny & Stéphane Boutarin.
Avec la participation des Chefs Alfredo Martin et Marcel Lesoille
Avec des échanges :
. à 11h30 avec Bonduelle, autour du thème “Comment mettre plus de végétaux dans nos assiettes
. à 13h30 avec FNA autour du thème “Le Négoce Agricole, acteur de la sécurité alimentaire
. à 15h30 avec le MiN Nantes Métropole, autour du thème “Le MiN Nantes Métropole, le marché du Grand Ouest durable et responsable

  • Mardi 28 février 2023

En présence des agriculteurs Mickaël Jacquemin et Philippe Collin.
Avec la participation des Chefs Nicolas Brenelière et Thibaut Spiwack
Avec des échanges :
. à 9h00 avec la FMGF, autour du thème “Les marchés de gros : les premiers acteurs alimentaires des territoires
. à 11h30 avec GRDF, autour du thème “La durabilité de la méthanisation agricole à l’heure de la certification
. à 13h30 avec l’Agence Bio autour du thème “Du BIO, chef ! Plus de bio au menu, pourquoi et comment ?
. à 16h00 avec Saveurs de Noirmoutier qui propose d’échanger sur “Agriculture et territoire : et si on en discutait autour d’un dé ?

  • Mercredi 1er mars 2023

En présence des agriculteurs : Stéphane Aurousseau, Denis Sicard et Arthur Galinat
Avec la participation du Chef Olivier Chaput
Avec des échanges :
. à 9h, Adivalor évoquera le recyclage des plastiques en agriculture [rencontre réservée aux journalistes]
. à 11h30 avec la CSFL autour du thème “Fermentation & levures : des outils innovants au service d’une chaîne alimentaire durable“,
. à 13h30 avec Axema, sur le thème “Les innovations de l’agroéquipement au service du vivant et du mieux manger
. à 15h30 avec GRDF, autour du thème “Mobilité BioGNV : comment décarboner, avec le biométhane, de la collecte de lait à l’achat de son yaourt en supermarché
. à 17h30 avec InterProchasse autour du thème: “Comment mettre en place une filière venaison française capable de répondre aux attentes des consommateurs, du commerce et de la restauration hors domicile

  • Jeudi 2 mars 2023

En présence des agricultrices : Anne-Marie Vaudon et Anne-Laure Marteau.
Avec la participation des Chefs Christian Leclou, Enzo Franceschelli, Philippe Astruc, Pascal Dayou
Avec des échanges :
. à 11h30 avec  Système U autour du thème “Jeunes agriculteurs, quelle vision de l’agriculture demain ?
. à 13h30 avec Terra Vitis, autour du thème “Qu’est ce qu’un vin Terra Vitis ? Décryptage de la certification de viticulture responsable“.

  • Vendredi 3 mars 2023

En présence des agricultrices et agriculteurs : Anne-Marie Vaudon et Gabriel Simon.
Avec la participation du Chef Nicolas Rota
Avec des échanges :
. à 15h avec Vox Demeter, sur le thème “Métiers du vivant : carrières au féminin”
Le stand accueillera également de 14h à 18h le collectif Ici la terre.

  • Samedi 4 mars 2023

En présence des agricultrices et agriculteurs : Franck Dumoutier, Florence & Valère Pinson.
Avec la participation du Chef Nicolas Rota
Avec des échanges à 16h00 avec Les agriculteurs ont du cœur.
Le stand accueillera de 11h30 à 16h l’Atelier des sols vivants.

  • Dimanche 5 mars 2023

En présence de l’agriculteur Corentin Langé.
Avec la participation du Chef Jonathan Charlois
#agridemain accueillera sur son stand l’Association des écrivains et artistes paysans. Viendront notamment présenter et dédicacer leurs ouvrages : Jacqueline Bellino (Paysannes sur la Côte d’Azur, Ed. Campanile), Marcel Marloie (Paysans : la liberté en héritage. Des exodes ruraux aux citadins-paysans, Ed. France Agricole), Claude Chainon (Dis-moi Grand-père) et Patrick De Meerleer (L’Adieu aux vaches, Ed. Complicités).

Durant ces différentes Tables d’hôtes, les produits sous label de Vendée Qualité seront également mis à l’honneur.

Des plantes encore plus vertes

Publié le 30 Jan 23

L’interprofession française de l’horticulture, de la fleuristerie et du paysage, vient de signer une Charte d’engagement pour une éco-conception des poteries horticoles plastiques favorisant leur recyclage.

A travers cette Charte et afin de poursuivre les efforts engagés depuis plusieurs années dans la transition écologique, Valhor, l’Interprofession française de l’horticulture, de la fleuristerie et du paysage, a pris 5 engagements forts, allant au-delà des objectifs réglementaires français et européens, concernant l’éco-
conception des poteries horticoles plastiques vendues en France :
1. Des poteries plastiques triables et donc recyclables au plus tard le 1er janvier 2024, notamment grâce à la suppression du noir de carbone ;
2. Vers 100% de polypropylène : suppression du polystyrène des poteries horticoles au plus tard le 1er janvier 2025 ;
3. Utiliser une seule matière pour simplifier le recyclage : maintien de 100% des poteries mono-matériau, davantage recyclables ;
4. Vers 75% de matières recyclées minimum réincorporées dans le plastique utilisé dans les poteries horticoles d’ici 2030 ;
5. Poursuivre la recherche des meilleures solutions écologiques.

Pour en savoir plus, cliquez ici

Le lin, une filière d’excellence

Publié le 30 Jan 23

La France est le premier producteur mondial de fibres longues de lin avec 61 % de la production mondiale. La qualité des semences utilisées jouent un rôle essentiel dans la dynamique de cette production.

Les surfaces consacrées au lin en France sont en constante progression depuis 2013. Ainsi, en 2021, 112.600 hectares de lin textile sont cultivés en France, pour 678 400 tonnes produites. En France, la culture est principalement présente en Normandie (55 % des surfaces cultivées en 2021) et dans les Hauts-de-France (39 %), le reste des surfaces étant principalement réparti entre les régions Ile-de-France et Grand-Est.

Cette filière est accompagnée dans cette croissance grâce à la grande qualité des semences utilisées. Les semences high-tech, ayant un fort taux de germination et une grande vigueur germinative, représentent aujourd’hui plus de 90 % des ventes. La production de semences de lin française est remarquable. Cette expertise française est reconnue puisque 80 % des semences utilisées en Europe sont françaises.

Pour en savoir plus : sur la production de lin textile, cliquez ici ou sur la production de lin semence, cliquez ici

Envolée du Superéthanol-E85

Publié le 26 Jan 23

En 2022, de plus en plus sensibles aux enjeux environnementaux, les automobilistes français se sont massivement tournés vers le Superéthanol-E85 dont la consommation bondit de +83 % sur un an (contre +33 % en 2021).

Avec ce développement, la part de marché de l’E85 atteint désormais 6,5% des essences, contre 4% l’an passé. Le Superéthanol-E85 a franchi, en 2022, un nouveau cap pour se rapprocher davantage des automobilistes. Il est en effet désormais disponible dans 3300 stations-service en France, soit 36% des stations du territoire. Avec 20% de croissance, le réseau de distribution s’est ainsi étoffé de plus de 550 nouveaux points vente en 2022.

Carburant de type essence, le Superéthanol-E85 contient entre 60 % et 85 % de bioéthanol en volume, le complément étant de l’essence Sans Plomb 95. Le bioéthanol, produit en France, est issu de la fermentation des sucres et de l’amidon contenus dans les betteraves sucrières, les céréales et leurs résidus de transformation.

Pour aller plus loin : cliquez ici

Des légumineuses deux fois par semaine

Publié le 20 Jan 23

Les légumineuses, c’est bon pour la santé et pour la planète. Tous à vos assiettes !

Bien manger pour grandir

Publié le 18 Jan 23

L’alimentation joue un rôle essentiel pour notre santé. Les jeunes doivent donc particulièrement s’intéresser à ce qu’ils mangent. Pour les y aider Open Agrifood renouvelle son rallye Fétasoupe durant le Salon de l’agriculture à Paris, les 25 et 26 février 2023.

L’éducation à l’alimentation est un des sujets qui devient incontournable autant au sein de la filière agroalimentaire que dans la société dans son ensemble. C’est la raison pour laquelle Open Agrifood met en place lors du Salon international de l’agriculture, Porte de Versailles, à Paris, un parcours éducatif reposant sur trois piliers couvrant l’ensemble de la chaîne alimentaire (de la fourche à la fourchette) et permettant, à partir de 5 aliments, de participer à une animation pour :

  • apprendre à cultiver (pour se reconnecter aux produits agricoles de base)
  • apprendre à cuisiner (savoir faire des recettes simples pour les repas de tous les jours)
  • apprendre à goûter (reconnaître les différentes saveurs, savoir associer les mets).

Ainsi, les enfants de 8/9 ans seront invités à déambuler dans les allées du salon pour participer à un rallye, de stand en stand, organisé pour découvrir 5 aliments de base de notre nourriture quotidienne, grâce à des affiches ou des animations ludiques et pédagogiques. Ils découvriront la carotte (hall 4, stand FNSEA), la pomme (hall 4, stand Phytéis), la pomme de terre (hall 2.2, stand CNIPT), le poireau (hall 2.2, stand Semae) ou bien encore le blé (hall 4, stand #agridemain).

Pour en savoir plus sur ce rallye : cliquez ici

Cette initiative s’inscrit dans la continuité de la démarche initiée par Open Agrifood visant à mettre en place une véritable éducation à l’alimentation et organise un débat citoyen le mardi 28 février 2023 à 18h au Salon de l’agriculture à Paris (au Restaurant des médaillés) sur le thème : “L’école peut-elle être une solution pour mieux manger ?” avec la participation notamment des ministres François Braun, Pap N’Diaye et Marc Fesneau.

Dynamisme économique et écologique dans le champagne

Publié le 18 Jan 23

En 2022, le marché du champagne se montre porteur, tant en volume qu’en valeur. Au-delà de ces résultats économiques, la profession a engagé un plan ambitieux de développement durable de la filière.

En 2022, 326 millions de bouteilles ont été vendues (soit 1,6% de plus qu’en 2021). La part de la consommation en France est en léger recul alors que l’export, avec 187,5 millions de bouteilles, progresse de 4,3% en un an. Ainsi, la part des exportations dans les ventes totales est passée de 45% il y a dix ans à un peu plus de 57% aujourd’hui. Cette croissance en volume s’accompagne d’un dynamisme du marché en valeur : les ventes de champagne ont dépassé en 2022, pour la première fois, les six milliards d’euros de chiffre d’affaires.

La filière intensifie ses actions environnementales engagées depuis plusieurs années et s’est fixée l’objectif d’atteindre :

  • 100 % des exploitations certifiées environnementalement d’ici 2030 (actuellement la certification s’étend sur 63 % des surfaces viticoles) ;
  • la fin de l’utilisation des herbicides dans les vignes ;
  • la neutralité carbone par bouteille d’ici 2050, à travers le plan “net 0 carbone”.

Source : Comité Champagne

La production de blé dur reprend de la vigueur

Publié le 9 Jan 23

D’après l’étude de FranceAgriMer, le blé dur en France progresse, tant en surfaces qu’en volumes, sans atteindre toutefois le niveau de la moyenne quinquennale.

En 2021, les surfaces françaises en blé dur progressent nettement par rapport aux deux précédentes campagnes. Elles couvrent 291 400 hectares, soit 16 % de plus qu’en 2020 (+ 18 % par rapport à 2019) mais restent encore très inférieures à la moyenne quinquennale de 325 000 hectares. En France, le blé dur se retrouve dans quatre grands bassins de production :
– le Centre (Essonne, Loiret, Eure-et-Loir, Loir-et-Cher, Indre),
– l’Ouest-Océan (Maine-et-Loire, Vendée, Deux-Sèvres, Vienne, Charente-Maritime, Charente),
– le Sud-Ouest (Aude, Ariège, Tarn, Tarn-et-Garonne, Haute-Garonne, Gers)
– le Sud-Est (Hérault, Gard, Ardèche, Drôme, Hautes-Alpes, Vaucluse, Alpes-de-Haute-Provence, Bouches-du-Rhône, Var).

FranceAgriMer dresse le bilan suivant pour les rendements : globalement bons à l’échelle nationale, ils permettent d’atteindre une production de 1,58 million de tonnes de blé dur (+ 19 % par rapport à 2020 mais – 7 % par rapport à la moyenne 2016-2020). Toutefois, il existe une grande disparité suivant les régions : si les rendements sont proches, voire supérieurs à la moyenne quinquennale dans les bassins Centre et Sud-Est, ils sont en recul dans les bassins Sud-Ouest (en particulier dans le Languedoc-Roussillon) et Ouest-Océan (notamment en Poitou-Charentes). Quant au bassin Sud-Est, la région Provence-Alpes-Côte d’Azur a été particulièrement favorisée par de bonnes conditions climatiques : avec 109 600 tonnes produites, cette région enregistre une progression de près de 100 % par rapport à la récolte 2020 grâce à une extension des surfaces de plus de 50 % et une nette amélioration des rendements. La production française en blé dur a poursuivi sa progression sur la campagne suivante puisque fin juin 2022, la collecte nationale de blé dur s’établissait à 1,5 million de tonnes, soit 20 % au-dessus des quantités collectées le 30 juin 2021.

Pour aller plus loin : cliquez ici

L’agriculture, toute une science

Publié le 4 Jan 23

Qu’ils fassent appel à la science de la vie, à la science agronomique ou à la science vétérinaire, les agricultrices et les agriculteurs s’appuient au quotidien sur les connaissances les plus récentes pour développer l’agroécologie sur leurs exploitations. Afin de faire connaître et expliquer ces techniques, le Syrpa invite à proposer des films sur des projets scientifiques.

Avec “Filme ta science”, le Syrpa, le réseau des agri-communicants et ses partenaires, renouvelle son concours de vidéos de moins de 3 minutes sur des projets scientifiques valorisant une agriculture durable et une alimentation éco-responsable. Cela peut aller de la mise en place de pratiques de cultures, d’élevage, de gestion d’exploitation, à la recherche et développement de nouveaux aliments, de mode de stockage, de transport, de vente…

La participation est libre et gratuite et le concours est ouvert à toutes et tous jusqu’au 31 janvier 2023.

Pour plus d’informations : cliquez ici

Pour revoir les lauréats 2021 : cliquez ici

Toutes les saveurs des Landes

Publié le 13 Déc 22

Christian et Michèle Bergerot, agriculteurs à Hontanx, dans les Landes, produisent du foie gras et de l’Armagnac. Leur credo : “faire notre métier avec plaisir et amour pour que les consommateurs ressentent notre passion“.

Ils cultivent 90 hectares dont 2,5 hectares de vigne pour produire du Bas-Armagnac et le reste des cultures sont consacrées à la grande diversité de maïs : maïs blanc pour gaver les canards, maïs jaune, maïs pop-corn et maïs doux. Les canards, achetés à 1 jour, sont élevés, puis abattus et transformés à la ferme.

L’industrie sucrière et les biocarburants plébiscités par les Français

Publié le 9 Déc 22

La production de betteraves sucrières en France est en diminution du fait d’accidents climatiques mais également à cause de la baisse des superficies qui lui sont consacrées. Pour autant, les Français plébiscitent cette culture, permettant à la France d’être le premier producteur européen de sucre et participant à l’autonomie énergétique du pays avec la production de bioéthanol.

Après le virus de la jaunisse qui a détruit un tiers de la récolte en 2020, un gel hors normes en 2021 nécessitant de re-semer 55 000 ha, c’est une sécheresse sévère qui est venue stopper la croissance des betteraves en 2022 : le rendement moyen s’annonce en dessous de la moyenne, à 80 tonnes par hectare (contre 87 tonnes/ha en en moyenne 5 ans, hors année 2020) avec de très fortes disparités entre et au sein des régions.

Avec 400 000 ha de betteraves semées au printemps (contre 410 000 l’an passé), ce sont 32 millions de tonnes de betteraves (loin de la production record de 46 millions de tonnes de 2017) qui seront transformées dans 21 sucreries.

D’après l’enquête menée par l’Ifop, l’Institut français d’opinion publique, à la demande de la Confédération générale des planteurs de betteraves, une large majorité de Français accorde à la production de betterave sucrière un rôle important dans la souveraineté alimentaire et énergétique de la France. Ainsi :
• 90% des Français sont favorables au maintien de l’industrie sucrière sur le territoire afin de produire son propre sucre et éviter les importations ;
• 84% des Français sont favorables au fait que l’agriculture française continue à produire des biocarburants à l’avenir.

Ainsi, pour Jérôme Fourquet, directeur du département Opinion et stratégies d’entreprise de l’Ifop, “les incertitudes quant au prix et à l’approvisionnement énergétique et alimentaire redonnent toute sa valeur et son sens à la production locale, en particulier celle de sucre et de bioéthanol”.

L’agriculture : un levier essentiel pour assurer les besoins alimentaires et énergétiques des Français

Publié le 8 Déc 22


La souveraineté alimentaire et énergétique de la France constitue une priorité pour les Français. C’est ce qui ressort de l’enquête réalisée par l’Ifop, à la demande de la Confédération générale des planteurs de betteraves.

Ainsi les chiffres de cette enquête sont éloquents :

• 82% des Français jugent que la souveraineté alimentaire et énergétique doit constituer une priorité ;

• 61% des Français estiment que l’agriculture française et européenne peut répondre à la fois aux besoins alimentaires et aux besoins énergétiques de la population ;

• Les Français considèrent que l’agriculture française doit assurer en premier lieu la souveraineté alimentaire et énergétique de la France (pour 25%), permettre aussi aux producteurs de recevoir une rémunération convenable (17%) mais aussi préserver le pouvoir d’achat en proposant des produits agricoles à prix abordables (14%), les préoccupations écologiques arrivant en quatrième et cinquième rang.

Pour aller plus loin : cliquez ici

Ces gestes qui lient le cirque à l’agriculture

Publié le 6 Déc 22

Pendant un an, Le Palc (Pôle national cirque) et la compagnie Cabas mènent un travail artistique près de Châlons-en-Champagne (Marne), autour du geste et de sa répétition, au sein du monde agricole et l’univers circassien.

Notre projet Terres de cirque vise à relier deux activités emblématiques de notre territoire : le cirque et l’agriculture” précise Audrey Jehanno, chargée de production pour Le Palc. “De novembre 2022 à juillet 2023, nous allons réaliser 3 immersions dans 3 exploitations agricoles différentes“.

La première immersion s’est déroulée en novembre dans un élevage de poulets en agriculture biologique, la ferme Dez Kevin à Saint-Jean-sur-Tourbe. En février, ce sera chez une productrice de fleurs coupées. En juillet, une rencontre se tiendra sur une exploitation en agriculture conventionnelle. Enfin, en septembre 2023, une restitution complète de ce projet sera présentée.

Lors de chaque immersion, “nous découvrons, nous apprenons, nous éprouvons et nous partageons le savoir-faire agricole” détaille Maude Tornare, directrice de la production de la compagnie de cirque Cabas. Huit artistes de divers horizons (cirque, danse, théâtre, musique) participent à ce projet afin de mettre en résonance l’environnement du monde agricole et celui du cirque.

Une vidéaste suit ce projet tout au long de son déroulé, afin d’en capter et en restituer la couleur humaniste. Ainsi, le rendu final intègrera la projection d’un film accompagnant des interventions artistiques, afin de découvrir un portrait croisé autour du geste entre le monde agricole et celui du cirque.

X